ERPLogiciels

Dassault Systèmes en embuscade dans le cloud et l’ERP

exalead cloudview platform
7 1 Donnez votre avis

Repositionné dans la 3D expérience, Dassault Systèmes affiche également ses ambitions dans le cloud computing et l’ERP, deux secteurs prometteurs pour l’éditeur français.

Spécialiste de la CAO et du PLM, Dassault Systèmes a réuni cette semaine à Bruxelles ses clients et partenaires pour partager sa nouvelle orientation stratégique, tournée vers la « 3D Expérience« , la conception de services et non plus uniquement de produits.

Mais en marge de ces annonces, assimilées par certains observateurs à un virage plus marketing que technique, Dassault Systèmes a également évoqué ses ambitions dans le cloud computing et l’ERP, deux secteurs prometteurs pour l’éditeur français.

L’après Andromède

Un an après avoir claqué la porte d’Andromède, le projet de cloud souverain français qu’il menait avec Orange, Dassault Système poursuit ses propres investissements dans son centre de données des Yvelines, près de Paris, tout en travaillant sur des partenariats pour les marchés nord-américains et asiatiques.

Ces plates-formes seront dans un premier temps utilisées par Dassault Systèmes pour ses propres applications telles que 3Dvia ou 3Dswym, déjà en ligne, et prochainement Netvibes ou Exalead, en train de migrer sur ses serveurs. « Nous sommes capables de dissocier le service de dashboard, hébergé par nos soins, des données des clients, qui restent dans le firewall » explique Bernard Charlès, le directeur général de Dassault Systèmes, qui souhaite à terme proposer l’ensemble de ses applications sous forme de services « cloud based ».

Fort de cette expérience dans le cloud, Dassault Système entend également mutualiser son infrastructure avec des éditeurs tiers. « Nous avons quitté Andromède en raison d’une structure de coûts qui ne nous semblait pas réaliste. Nous voulons proposer des tarifs deux à trois fois inférieurs à ceux proposés en devenant une sorte de « Free du cloud computing » explique, un brin provocateur, le directeur général de Dassault Systèmes.

Un SAP 2. 0 ?

En embuscade dans le cloud computing, Dassault Systèmes pourrait également surprendre dans d’autre univers du progiciel.

Enovia est en train de devenir un véritable service de collaboration, se substituant partiellement à un service de messagerie, Exalead fait des merveilles dans l’extraction des données non structurées et NetVibes permet leur valorisation au travers de « dashboards » aux faux airs d’applications de Business Intelligence.

« Les gens ne veulent plus des ennuyeuses interfaces des progiciels de gestion intégrés. Les technologies de Dassault Systèmes permettent de réinventer la conception des produits, la collaboration entre ingénieurs et responsables marketing, et la valorisation de ces données » explique Bernard Charlès, PDG de Dassault Systèmes.

Historiquement concurrent de spécialistes de la CAO tels qu’Autodesk ou Siemens PLM, Dassault Système semble en tout cas vouloir changer de dimension et s’attaquer à de nouveaux marchés tels que le décisionnel, le marketing ou la relation client.

La société pourrait elle un jour affronter frontalement des géants du progiciel comme SAP, Oracle ou Microsoft ? Officiellement, ce n’est pas d’actualité. Mais avec une capitalisation boursière de 10 milliards d’euros et un statut de numéro 3 européen, l’éditeur français dispose désormais des moyens de son ambition…

A lire également : 

Dassault Système glisse du produit aux services grâce à ses expériences 3D

Bernard Charlès, Dassault Systèmes « Nous voulons devenir le Free du Cloud Computing »

 

exalead cloudview platform