Deepmind instille des airs de blockchain dans les dossiers patients

AuthentificationBases de donnéesBig DataBusiness IntelligenceData & StockagePolitique de sécuritéProjetsSecteur PublicSécurité
0 18 Donnez votre avis

Dans son accord avec le NHS, Deepmind a dévoilé un outil pour sécuriser les données sensibles avec un système s’apparentant à la blockchain.

En avril dernier, Google et le NHS, le système de santé britannique, ont signé un accord pour que l’IA de Deepmind ait accès à l’historique d’environ 1,6 million de patients provenant de 3 hôpitaux londoniens. Et une collecte de données utiles pour alimenter les algorithmes de Google et apporter de meilleures préconisations aux professionnels de santé. Des voix se sont élevées pour s’inquiéter de la confidentialité des données.

Deepmind  vient de donner plus détails sur la sécurisation et la protection des données sensibles dans le cadre du partenariat avec le NHS. Elle va être en charge de numériser les dossiers médicaux et de les sécuriser via un outil qui s’apparente à la blockchain.

Une blockchain like

Cette solution est baptisée « Verifiable Data Audit » et va donner aux établissements de santé et éventuellement aux patients la capacité de savoir qui exactement utilise les dossiers médicaux en s’appuyant sur les modifications ou les accès à ces dossiers. Cet outil est définit par Deepmind comme un « blockchain like », car il utilise un registre numérique similaire à la blockchain, mais avec quelques différences.

Dans un blog, Deepmind précise que, comme la blockchain, son registre ne permet pas l’effacement des données une fois qu’elles sont ajoutées. De même, le registre rend possible la vérification par des tiers de la non-altération des données. Mais ce registre n’est pas décentralisé comme la blockchain, car « il y a déjà des tiers de confiance comme les hôpitaux ou les administrations qui peuvent vérifier l’intégrité des registres ». Autre distinction, le registre stocke les dossiers dans une structure en « arbre » et comme une chaîne. Mais les entrées sur le registre généreront un hachage cryptographique pour tracer l’empreinte des données et leur immuabilité. 

A lire aussi :

NHS oublie un demi-million de données patients

Quand Google prend le système de santé anglais pour un botnet

Crédit Photo : Montri Nipitvittaya-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur