Cloud

Deutsche Börse Cloud Exchange, future bourse d’échange des ressources cloud

cloud computing © Ben Chams - Fotolia.com
1 1 Donnez votre avis

L’opérateur boursier allemand Deutsche Börse prépare le lancement d’une place d’échange des ressources informatiques de cloud publics.

Passons rapidement sur l’affirmation péremptoire d’une première mondiale – des projets de ce type ont déjà été portés à notre connaissance depuis au moins un an ! – pour nous intéresser de plus près au projet Deutsche Börse Cloud Exchange mené par l’opérateur boursier allemand Deutsche Börse (DB).

Deutsche Börse Cloud Exchange

Comme son nom l’indique, la Deutsche Börse Cloud Exchange a l’ambition de fonctionner comme une bourse d’échange de matières premières, d’énergie ou d’actions, mais dédiée aux ressources informatiques de cloud computing. Sont principalement visées en ‘valeurs’ les ressources de cloud et de stockage dans le cloud.

Elle mettra en relation les fournisseurs de cloud et les clients potentiels.

Trois logiques, parfois discutables

  • Cette bourse répond à une première logique, certainement la plus intéressante, la capacité d’accéder en un seul lieu en ligne à toutes les offres des fournisseurs de cloud, et de pouvoir les comparer. Les points de comparaison porteront sur « les normes de sécurité, juridiques, de réversibilité, de qualité, et même techniques ».
  • La seconde logique est plus discutable : DB affirme pouvoir réduire la longueur des processus d’achat et juridique, qui selon l’opérateur peuvent prendre plusieurs mois. Ce seront quoi qu’il arrive les conditions contractuelles des opérateurs de cloud qui seront reprises, mis à part la première logique, la bourse ne changera pas grand chose à la donne…

A moins que DB ne se transforme en broker de ressources cloud, acquéreur d’importants volumes de ces ressources pour les découper et les revendre en morceaux. Rien ne dit que DB pourra bénéficier d’une délégation et des outils de gestion des offres des opérateurs qui le lui permettront.

  • La troisième logique est autrement plus discutable, puisque DB affirme que sa plateforme permettra à l’utilisateur de choisir ses capacités et leur temps d’usage. C’est justement un argument des plateformes de cloud que DB s’approprie. Et elle se heurte aux mêmes réflexions que notre analyse précédente.

Un savoir faire français

On notera en revanche que la Deutsche Börse Cloud Exchange s’appuiera sur les services de T-Systems, la filiale cloud et réseaux de l’opérateur télécommunications allemand Deutsche Telekom. Mais surtout que la plateforme sera développée par le français Devoteam.

Dans un communiqué, Bastien Rousseau, directeur de clientèle de Devoteam, indique que sa société « aura deux rôles à tenir vis-à-vis de cette initiative : intégrer la technologie Zimory (socle de la plateforme) pour permettre aux producteurs et aux consommateurs de participer à la salle de marché : et agir comme un ‘Capacity Manager‘ pour les clients en opérant la salle de marché pour eux et en y ajoutant la nécessaire couche d’intégration technique et applicative pour mettre à disposition les services dont l’hébergement a été acheté sur la plateforme de trading ».

La mise en route de la Deutsche Börse Cloud Exchange est annoncée pour début 2014.

Crédit photo © Ben Chams – Fotolia.com


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes