Dropbox renforce les contrôles de sécurité pour les admins

CloudCollaborationData & StockageDSILogicielsPolitique de sécuritéProjetsRéseauxSécuritéStockage
0 10 Donnez votre avis

Toujours soucieux de séduire les entreprises, Dropbox étoffe le contrôle des comptes pour les admins y compris pour Paper et enrichit son nombre de point de présence.

En juillet dernier, Dropbox avait révisé sa console d’administration avec le concept Admin X. L’interface de la console a été repensée pour un accès plus direct à certaines fonctions comme le pilotage des éléments de sécurité comme les mots de passe, l’authentification à double facteur et le SSO. De même, le journal d’activité a été étoffé pour visualiser plus d’évènements (ajout, suppression de fichiers). Les administrateurs peuvent également gérer plus rapidement les groupes au sein de l’entreprise.

Aujourd’hui, Dropbox affine ce contrôle en vérifiant  des sous-domaines de groupes, « ce qui peut être intéressant dans le cadre de filiale ou la création de sous-domaines métiers au sein d’une entreprise comme le marketing, les RH, etc. », explique Jean-Denis Grèze, responsable de l’ingénierie chez Dropbox. Une plus grande granularité qui s’accompagne d’un contrôle du trafic réseau plus important pour éviter les fuites de données. « L’idée est de bloquer les comptes Dropbox personnels, tout en laissant l’accès aux comptes professionnels de l’entreprise », indique le responsable. Sur les terminaux, les administrateurs peuvent limiter le nombre d’appareils synchronisés et fixer des règles d’approbation sur mesure. Pour l’ensemble de ces éléments de sécurité, le service de stockage Cloud et de collaboration a noué des partenariats dans le domaine du contrôle réseau et de la gestion d’identité, comme Barracuda Networks, Skyhigh Networks et Symantec.

Admin X s’étend à Paper

En août dernier, Dropbox présentait Paper son outil collaboratif en version beta. Il s’agit d’un outil d’édition destiné à créer des documents en mode collaboratif et à partager l’information importante. Testé auparavant sous l’appellation Notes, Paper a évolué en intégrant des tableaux avancés, des galeries d’images plus faciles à créer et à éditer grâce au glisser-coller, les notifications sur desktop, web et mobile et de mettre au point un outil de recherche puissant pour aider à trouver rapidement les documents souhaités.

Toujours en version beta, Paper va bénéficier de l’expertise de contrôle d’Admin X. « Les administrateurs vont être capables de suspendre des comptes, de limiter les partages de lien, d’avoir un journal d’audit pour avoir une visibilité sur le document », dit Jean-Denis Grèze. Ces fonctions de contrôle sont accessibles pour les clients entreprises et business. A noter également, que, amélioré, le journal d’audit présent dans Admin X sera disponible à partir du 21 novembre.

Une plus grande présence

Dernier pan des annonces de Dropbox, le renforcement de son architecture IT, connue sous le vocable « Magic Pocket ». En mars dernier, on apprenait que le site s’émancipait d’AWS pour créer sa propre infrastructure de stockage. Là, Dropbox annonce une amélioration de son infrastructure réseau en multipliant les points de présence (PoP). « Nous disposons aujourd’hui de 11 points de présence, en Californie, dans l’Etat de Washington, au Texas, en Virginie, Etat de New York, Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne, Japon, Singapour et Hong Kong », précise Jean-Denis Grèze. Interrogé sur l’absence de la France dans ce déploiement, le dirigeant répond :  « Nous envisageons un plan de déploiement pour 2017 et la France pourrait rentrer dans ce plan. Surtout que depuis l’ouverture des PoP anglais et allemand, nous avons vu les vitesses de téléchargement en France être multipliés par deux. »  Wait and see…

A lire aussi :

Le nouveau Dropbox, une menace pour la sécurité ?

68 millions de comptes Dropbox menacés ?

Crédit Photo : Rawpixel.com-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur