Economies sur l’IT : les Etats-Unis ne font… pas mieux que la France

DSIProjetsSecteur Public
2 27 Donnez votre avis

Après 4 ans d’efforts, les Etats-Unis sont parvenus à économiser 1,75 % de leur budget IT. Partie plus tard, la France a réduit ses dépenses externes de 5 % en 2014. Mais son budget IT global décroit bien plus lentement.

Le chiffre claque : le programme d’économies de l’Etat américain sur ses dépenses informatiques a permis d’économiser 3,6 milliards de dollars au cours des 4 années passées, selon un rapport d’une agence américaine de surveillance des comptes de l’Etat (Government Accountability Office). Rappelons qu’en 2010, le gouvernement fédéral américain a lancé un vaste plan pluriannuel d’économies sur ses dépenses IT.

GAOCe plan d’économies repose notamment sur la consolidation des datacenters, qui représente plus de la moitié des économies constatées selon le rapport, et sur l’emploi du Cloud (avec la politique ‘Cloud first’). A elles seules, les ‘grandes’ administrations – Défense, Finances, Intérieur et Sécurité Sociale – ont généré environ 2,5 milliards de dollars d’économies.

Si la somme totale est ronflante, il faut la pondérer par le volume colossal des dépenses IT de l’administration américaine. Soit pas moins de 80 milliards de dollars environ à l’année ! Bref, sur l’année 2014, où le rapport du Government Accountability Office évalue les économies à 1,4 milliard de dollars (contre 1,3 en 2013), le gouvernement américain est parvenu à rogner environ 1,75 % de son budget IT après quatre ans d’efforts.

Economiser et réinvestir

Le Government Accountability Office ne se prive d’ailleurs pas de signaler que 22 des 27 agences concernées par le plan d’économies n’ont pas atteint les objectifs fixés pour 2014. En mai 2012, l’administration Obama avait en effet affiné son programme concernant les investissements IT, demandant aux agences fédérales, pour l’exercice 2014, de soumettre un plan d’économies représentant 10 % de leur budget total, et de réinvestir entre la moitié et la totalité de ces économies dans des projets innovants dégageant des retours sur investissement à horizon 18 mois. Dans le cadre de cette politique dite ‘cut and reinvest’, les agences n’ont toutefois identifié en 2014 que 3 milliards de dollars d’économies, alors que le gouvernement en attendait 7,6 milliards.

A titre de comparaison, via le programme d’économies pilotée par la DSI de l’Etat, la Disic (Direction interministérielle des systèmes d’information et de communication), l’Etat français a, en 2014, économisé environ 100 millions d’euros sur ses dépenses IT externes de 2 milliards d’euros par an. Soit 5 %. Un chiffre à relativiser puisqu’il ne s’agit là que des dépenses relatives aux achats, total qui n’intègre pas les dépenses de fonctionnement.

Difficile toutefois de se faire une idée précise du budget IT de la France, des chiffres assez hétéroclites circulant sur le sujet. Selon le think tank Terra Nova (étiqueté à gauche), la France ne consacre que 1,15 % de son budget à ses SI. A l’inverse, sur la base d’entretiens avec des décideurs IT des administrations centrales (ministères et grands organismes sous tutelle), Markess estime qu’en 2014, ces organisations ont consacré 4 % de leur budget à l’IT. Selon le cabinet d’études, ce total est réparti entre services (35 % du total), dépenses de personnel (31 %), achats de licences et maintenances (16 %) et dépenses de matériels (18 %).

Si le gouvernement Valls a remis la question des économies sur l’IT en lumière en 2014, le chantier est en réalité lancé depuis 2011, avec la naissance de la Disic, dont la vocation est précisément de mutualiser les solutions mises en œuvre dans les différentes administrations afin d’éviter les dépenses inutiles. La DSI de l’Etat ne dispose toutefois de moyens d’action réellement efficaces que depuis un décret d’août 2014 qui lui donne un droit de regard sur les plans d’investissement des ministères et instaure un pilotage unifié des systèmes d’information de l’administration française.

A lire aussi :

Jacques Marzin, DSI de l’Etat : « pour économiser, l’Etat a besoin d’un SI unifié »
Jacques Marzin, DSI de l’Etat : « moins de 20 datacenters pour l’ensemble de l’Etat »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur