Numericable-SFR et Paris s’accordent sur fond d’une nouvelle convention

Gestion des réseauxJuridiqueOperateursRégulationsRéseaux
2 15 Donnez votre avis

Pour cause de loyers impayés, la mairie de Paris menaçait de couper le réseau parisien de Numericable. Les deux parties ont trouvé un nouvel accord.

« Il n’y aura pas d’écran noir » pour les abonnés parisiens de Numericable, avait annoncé Jérôme Yomtov, directeur général adjoint de Numericable-SFR suite au conflit qui oppose l’opérateur à la mairie de Paris. Les deux parties, qui se réunissaient ce jeudi après-midi, ont finalement trouvé un accord.

« Nous avons obtenu ce que nous voulions, déclare Jérôme Yomtov à Silicon.fr. Nous allons signer une nouvelle convention. » Autrement dit, Numericable ne paiera ses prochains loyers que sur la base de la surface effectivement occupée dans les espaces publics de la municipalité où sont installés ses équipements réseau et non la surface estimée par les services de la mairie de Paris. En contre-partie, l’opérateur s’acquitte de ses dettes, à savoir 8,37 millions d’euros (6,3 au titre de Numericable et près de 2 millions au titre de sa filiale entreprise Completel), couvrant les impayés depuis 2009.

C’est effectivement depuis cette date que Numericable Group, à l’époque, avait refusé de signer la convention de la mairie de Paris qui revoyait à la hausse les tarifs d’occupation des espaces publics et continuait de s’appuyer sur le contrat signé pour 10 ans en 2005. Face à l’obstination de la filiale d’Altice, la holding télécoms de Patrick Drahi, les services des Finances et des Achats de la Capitale avait haussé le ton et menaçait, dans une lettre du 26 juin, de retirer les installations de l’opérateur (bien que ce soit difficilement réalisable) le 10 août au plus tard. Une menace qui a visiblement poussé Numericable-SFR a chercher, et trouver, un terrain d’entente rapidement. Il restera à voir si les autres opérateurs, qui avaient tous signé la convention de 2009, ne chercheront pas à leur tour à renégocier les tarifs de leurs loyers.


Lire également

Numericable-SFR : « Aucun impayé» selon Patrick Drahi
Perquisitions de l’Autorité de la Concurrence chez Numericable-SFR
Fibre dans les Hauts-de-Seine : la facture s’alourdit pour Sequalum


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur