Macron vigilant sur le très haut débit et les zones blanches

FibreLegislationMobilitéOperateursRégulationsRéseaux
3 9 Donnez votre avis

Le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, a réuni les opérateurs pour s’enquérir de leur engagement à tenir les objectifs du plan France Très Haut Débit.

Emmanuel Macron suit de près le déploiement du très haut débit en France. Le ministre de l’Economie et des Finances réunissait les représentants des opérateurs nationaux, vendredi 30 octobre, pour s’assurer que le plan France Très Haut Débit est bien en ordre de marche. Rappelons que les opérateurs sont impliqués à hauteur d’un tiers des 20 milliards d’euros d’investissement dans ce plan qui vise à couvrir la France de fibre optique sur 80% environ du territoire d’ici 2022 et 50% dès 2017.

Si en juillet dernier, lors d’un point d’étape, le gouvernement évaluait à plus de 44% le nombre de foyers couverts en très haut débit, seul 11% pouvaient disposer d’un raccordement à la fibre optique (le reste étant essentiellement au câble en technologie Docsis 3.0 et à la montée des débits en VDSL2). Surtout, Bouygues Telecom a récemment alerté des risques de ralentissement des déploiements de son réseau optique en mettant en avant le non respect des accords de co-déploiement de SFR depuis le rachat de ce dernier par Numericable. Bouygues Telecom s’en est ému auprès de l’Autorité de la concurrence.

Une cartographie des déploiements

Mais, « nous sommes en ligne avec le plan de déploiement du très haut débit », a déclaré le représentant de Bercy à la sortie de la réunion, selon des propos rapportés par Les Echos. Le ministre se serait ainsi assuré auprès des opérateurs, et particulièrement de Numericable-SFR, que les investissements prévus dans la nouvelle infrastructure seraient maintenus. Les dirigeants de la filiale d’Altice en France s’engageraient à rattraper le retard pris dans le déploiement du très haut débit (THD) suite à la période de fusion avec SFR, et même d’aller au-delà de ce qui était prévu. Aujourd’hui, Numericable-SFR revendique 7,4 millions de prises THD (fibre et câble) et vise toujours les 12 millions à l’horizon 2017 malgré le retard pris. L’opérateur ambitionnait en effet les 9 millions de prises THD fin 2015.

Si Emmanuel Macron se réjouit des engagements d’Orange (12 millions de prises en 2018, 20 millions en 2022), de Bouygues Telecom (2 millions de prises visées pour 2015), de Free (3 millions en zones denses et 4,5 millions en co-investissement avec Orange) et de Numericable-SFR, il ne se contentera pas de leurs bonnes paroles et surveillera l’évolution des projets régulièrement. Tous les deux mois à trois mois, des réunions avec les intéressés seront organisées. Et une cartographie publique des déploiements en cours et à venir est programmée pour janvier prochain.

Une couverture mobile renforcée

La « surveillance » des déploiements des réseaux fixes THD viendra compléter les mesures prises pour accompagner la couverture mobile en France. En mai dernier, Emmanuel Macron et son acolyte déléguée au Numérique Axelle Lemaire signaient avec les quatre opérateurs et l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) un protocole d’accord visant à couvrir l’intégralité du territoire habité en 2G d’ici fin 2016 dans le cadre de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques dite « Macron » adoptée le 10 juillet 2015. Les opérateurs s’engageaient également à déployer, avant le 30 juin 2017, la 3G dans les 2 200 communes identifiées qui en étaient à l’époque dépourvues. Une mission d’autant plus prioritaire que les opérateurs qui ne respecteront pas ce calendrier se frotteront aux sanctions éventuelles du régulateur.

De leurs côté, les opérateurs ont récemment protesté contre un nouveau projet de taxe visant à financer l’audiovisuel public et dont le montant passerait de 0,9% à 1,3% du chiffre d’affaires (voire l’actu en télégramme) alors que, parallèlement, les demandes d’investissement d’infrastructure ne cessent de progresser. Mais une solution est à l’étude. Selon Les Echos, une mesure exceptionnelle d’un an visant à encourager l’investissement contre un sur-amortissement de 40% pourrait figurer dans le projet « loi Macron 2 » sur le « Nouvelles opportunités économiques ».


Lire également
Couverture mobile : les zones blanches dans le collimateur du gouvernement et d’Orange
Plus de 1 million de logements raccordés à la fibre en France
Très Haut Débit : Numericable-SFR accélère dans l’Ouest, Orange dans le Centre


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur