Ericsson assure la sécurité des données en 10 Gbit/s

Gestion des réseauxOperateursRéseauxSécurité

Ericsson et l’opérateur Tesla ont démontré la capacité à transférer des données chiffrées sur un réseau optique à 10 Gbit/s sur plus de 10 000 km

Assurer la sécurité et la confidentialité des données sur de longues distances tout en garantissant la performance des échanges numériques. C’est cette vision ambitieuse qu’a défendu Ericsson lors d’une démonstration réalisée avec l’opérateur australien Telstra. Ce dernier a établi une liaison à 10 Gbit/s entre Melbourne et Los Angeles pour y échanger des données chiffrées à partir d’équipements dédiés de l’entreprise suédoise. La communication s’est appuyée sur une liaison optique 10G à faible latence fournie par Ciena.

« Bien que des solutions de chiffrement existent aujourd’hui pour protéger les données lorsqu’elles sont ‘au repos’ (chez l’émetteur et chez le destinataire), cet essai démontre qu’il est possible de fournir une sécurité avancée pendant que les données sont ‘en transit’, c’est-à-dire derrière les murs d’un datacenter au travers de grands réseaux, sans aucun impact sur la performance », explique Ericsson dans un communiqué. Sans l’expliciter, l’équipementier fait référence aux risques de piratage d’une liaison lorsque les données sont en transit même lorsque des mesures de sécurité sont mises en place. Songe-t-il aux écoutes indiscrètes de la NSA et autres organisations gouvernementales ?

Bientôt en 100 Gbit/s

Ericsson et Telstra n’en sont pas à leurs premiers essais. L’an dernier, ils avaient déjà établi avec succès une liaison chiffrée à 200 Gbit/s sur les 713 km qui séparent Sydney et Melbourne (à vol d’oiseau). Les deux partenaires ont vérifié cette fois que la technologie tenait la route sur une plus longue distance (12 780 km environ entre Melbourne et Los Angeles). Mais à un débit divisé par 20. Soit « la vitesse typique utilisée aujourd’hui sur ces distances sans chiffrement », remarque Emilio Romeo, responsable clients pour la zone Australie et Nouvelle-Zélande chez Ericsson.

« Le résultat de ce test montre que les données peuvent maintenant être chiffrées en transit sur une longue distance, tout en maintenant la vitesse et la fiabilité que nos clients attendent de notre réseau international, poursuit Darrin Webb, directeur exécutif des opérations internationales et des services chez Telstra. Nous continuerons à travailler avec Ericsson et Ciena pour passer à l’étape suivante avec un test de cryptage de 100 Gbit/s. » Test programmé pour le courant du premier semestre 2017, toujours entre Los Angeles et Melbourne. Dans tous les cas, ces essais valident la faisabilité des offres d’Ericsson en matière de sécurisation des données sur les liaisons physiques.


Lire également
Cisco et Ericsson s’unissent pour l’optimiser le WiFi
AT&T teste la 5G grandeur réelle chez Intel et avec Ericsson
5G en France : Orange et Ericsson préparent les premiers tests


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur