Ericsson présente ses premières solutions 5G

4GGestion des réseauxLogicielsMobilitéOperateursRéseaux
2 33 Donnez votre avis

Ericsson a annoncé plusieurs plug-ins logiciels 5G qui seront disponibles dès 2017 sur les réseaux mobiles actuels construits sur ses équipements.

A l’occasion de sa journée consacrée aux analystes, Ericsson a annoncé la disponibilité prochaine de modules 5G destinés aux réseaux des opérateurs mobiles clients de l’équipementier suédois. Ces modules visent à adresser les nouveaux et futurs usages mobiles que constituent les emblématiques vidéo HD, véhicules autonomes, contrôle distants de robot, retour haptique pour le pilotage de drones ou encore l’accès sans fil d’une capacité équivalente à celle de la fibre. « En conséquence, les opérateurs mobiles planifient aujourd’hui leur future 5G », avance Ericsson.

Plusieurs plug-ins logiciels sont ainsi proposés : le Massive MIMO (Multiple-Input Multiple-Output) qui combine MIMO (usage de plusieurs antennes pour adresser le signal) et beamforming (qui, schématiquement, concentre la capacité du signal sur la cible); le Multi-User MIMO (pour envoyer les données à plusieurs terminaux utilisant les mêmes ressources spectrales simultanément); la virtualisation RAN (en mettant en oeuvre la virtualisation des fonctions réseau pour piloter les réseaux 4G et 5G depuis une plate-forme commune); l’Intelligent Connectivity (pour transporter de manière optimale les données en fonction des besoins applicatif et des ressources réseau); et le Latency Reduction (pour autoriser les accès réseau instantanés). Autant de modules qui visent à répondre à la fois aux nouveaux besoins de capacités en matière de débits, de nombre d’accès ou encore de latence réduite promises dans les pré-requis de la 5G.

Ericsson 5G plugin

Améliorer les performances des infrastructures mobiles

Ces nouveaux logiciels devraient également assurer une mise à niveau des réseaux existants tout en améliorant les performances sur les infrastructures mobiles comme fixes et pour l’Internet des objets (IoT). A travers des bancs d’essais et prototypes déployés auprès d’une vingtaine d’opérateurs en Corée, Japon, Suède et aux Etats-Unis, Ericsson a annoncé avoir dépassé les 25 Gbit/s de débit en réception. Réservés aux équipements du fournisseur suédois qui équipe environ 40% des réseaux mobiles dans le monde, ces plug-ins ne seront pas commercialisés avant 2017.

Rien ne presse en soit puisque les standards de la 5G n’ont pas encore été ratifiés et que la commercialisation des premiers services n’est pas attendue avant 2020 même si des tests grandeur nature devraient avoir lieu dès 2018. Mais les opérateurs qui s’équiperont des modules fondateurs de la 5G pourront ainsi rendre rapidement et simplement leurs réseaux compatibles avec les normes du futur réseau mobile. « La 5G a pris un élan indéniable l’année dernière, commente Peter Jarich, vice-président analyste chez Current Analysis. Malgré l’absence d’attributions de fréquences ou de normes ratifiées, les opérateurs ont besoin d’une tactique de migration leur permettant de tirer parti des investissements actuels du réseau en phase avec leurs stratégies d’évolution 5G. Les plug-ins d’Ericsson offrent cette flexibilité, en soutenant le déploiement de technologies d’accès avancées dans le court terme, et en préparation de l’arrivée de la 5G. »

Accélérer l’adoption de la 5G

On peut aussi voir l’initiative d’Ericsson comme une tentative de se démarquer, au moins en termes d’image, de la concurrence même si celle-ci a également fait part de ses avancées, tant du côté de Nokia dans les ondes millimétriques que de Huawei sur son interface radio. C’est aussi, peut-être, un moyen pour le Suédois d’accélérer la transition vers la 5G. Une transition très attendue par les équipementiers alors que leurs revenus sont impactés par la baisse de la demande en infrastructures 4G et que l’Internet des objets (IoT) peine à prendre le relais (faute de standards mobiles IoT jusqu’alors) pour maintenir leur croissance.

Parallèlement, Ericsson a annoncé un partenariat avec Swisscom et l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne pour lancer le programme « 5G pour la Suisse » qui vise à démontrer l’intérêt de la 5G aux industriels afin qu’ils démarrent le développement d’applications appropriées. Plus largement, l’équipementier a rappelé que 24 opérateurs, 12 partenaires industriels et près de 20 universités participent à ses projets 5G.


Lire également
Ericsson engrange les contrats sur la 5G
Résultats fragiles : Ericsson accentue les économies et se réorganise
MWC 2016 : SK Telecom veut lancer sa 5G dès 2017

crédit photo © Nikonaft – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur