Erreur 53 sur l’iPhone 6, class action requise contre Apple

JuridiqueMobilitéOS mobilesRégulationsSmartphones
12 13 Donnez votre avis

Le blocage sous iOS en cas de changement du Touch ID n’en finit pas de faire des vagues. Une action collective a été activée à Seattle.

Le buzz sur l’erreur 53 relatif à l’iPhone 6 risque de se transformer en procès pour Apple. Aux Etats-Unis, un cabinet d’avocats installé à Seattle a initié une procédure d’action collective à propos des contraintes liées à la réparation du smartphone d’Apple.

Une plainte de Pfau Cochran Vertetis Amala (PCVA) a été déposée dans ce sens auprès d’un tribunal de district en Californie. Elle stipule qu’Apple est allée trop loin dans la tentative de contrôle du hardware de l’iPhone 6. « L’erreur 53 » d’Apple est perçu comme un moyen pour Apple de conserver la main sur ses produits. Cette « mesure de précaution » bloquerait l’iPhone 6 qui n’aurait pas été réparé dans un Apple Store.

Ce dispositif de sécurité tacite est à mettre en lien avec la fonction Touch ID (capteur d’authentification biométrique embarqué sur l’appareil). « Nous protégeons les données relatives aux empreintes digitales en exploitant un compartiment sécurisé, qui est uniquement connecté au capteur Touch ID », précise un porte-parole d’Apple (via AppleInsider qui dévoile la plainte officielle déposée par PCVA). « Lorsque iOS détecte une défaillance dans la réparation, Touch ID, incluant Apple Pay, est désactivé mais le terminal reste sécurisé. »

5 millions de dollars et une mondialisation de l’affaire

Le cabinet d’avocats chercherait à obtenir 5 millions de dollars de dommages et intérêts pour le compte de ses clients engagés dans la class action. Mais il voudrait aussi l’obtention d’une nouvelle version iOS levant les restrictions de réparation de l’iPhone 6.

Avec l’iPhone 6, Apple a-t-il tendance à exploiter de manière abusive son approche technologique propriétaire (donc non concurrentielle) ? C’est l’une des questions posées dans cette affaire, souligne ITespresso.fr.

L’affaire prend une dimension internationale. L’autorité australienne de la Concurrence (Australian Competition and Consumer Commission ou ACCC) a demandé des explications à Apple à propos des tenants et des aboutissants de cette « erreur 53 » selon The Guardian.

A lire aussi :

Chrome met le turbo sous iOS

Sécurité : Apple, Mac OS X et iOS les plus vulnérables en 2015

Crédit Photo : Vladislav Kochelaevs – Fotolia

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur