L’ESG Finance teste l’IA pour surveiller l’attention des élèves

Big DataData & StockageEditeurs de logicielsLogicielsProjetsSécurité

Une école de gestion et de finances de Paris va expérimenter à la rentrée 2017 un service d’IA pour contrôler l’attention des étudiants.

L’ESG Finance a annoncé à la mi-mai 2017 qu’à la prochaine rentrée en octobre, elle allait mettre en place des cours tutorés par une intelligence artificielle. Cette dernière, baptisé Nestor, a été réalisée par le laboratoire en innovation marketing LCA Conseil. Cette IA propose des vidéos de cours via la plateforme I.A learning, mais pas seulement.

Des messages pour alerter d’une baisse d’inattention

En effet, Nestor mesure l’attention des étudiants grâce à un dispositif de détection et de reconnaissance faciale. En observant le mouvement du visage, des yeux et l’utilisation du téléphone portable. L’IA est selon l’école, « capable d’interagir avec l’étudiant sous forme de messages bluetooth, de pop-up ou d’emails afin qu’il se reconcentre. Après avoir visionné le cours, le jeune est interrogé via un quizz dont les questions sont modifiées et adaptées par Nestor en fonction des moments d’inattention détectés ». 

Cette initiative a été présentée lors de la WCPUN (World Council of Peoples for the United Nations) à New York. Le fondateur de LCA, Marcel Saucet, spécialiste du street marketing, a expliqué à nos confrères de The Verge, que l’objectif de Nestor est d’aider les étudiants et les professeurs à être plus performants. L’IA utilise la webcam pour analyser le mouvement des yeux et l’expression du visage pour savoir si un étudiant suit attentivement un cours en vidéo. Le dirigeant y voit un moyen de faire décoller les MooC, « le problème aujourd’hui avec les MooC, c’est que cela ne fonctionne pas ».

Élargissement et inquiétudes

Pour l’instant, cette technologie s’adresse aux cours en ligne. Marcel Saucet prévoir de l’élargir aux salles de classe. C’est le souhait également de l’ESG Finance, qui indique que « cette intelligence sera proposé à terme en amphithéâtre grâce à un système de caméra permettant d’analyser les présences et les absences des étudiants. Ces données seront transmises à l’enseignant pour qu’il puisse améliorer son cours ». D’autres établissements vont expérimenter Nestor, l’Université de Nice (à destination des start-ups) et l’Université de Dubaï.

L’arrivée de l’IA dans l’éducation à ses défenseurs et ses opposants. Pour les premiers, cette technologie peut servir d’aide et devenir un tuteur numérique pour les élèves. Pour les professeurs, c’est un moyen d’obtenir des retours sur leurs cours et de les adapter en conséquence. A l’opposé, les détracteurs soulignent la quantité massive de données personnelles pour entraîner l’IA. Un risque en matière de protection des données et d’un éventuel piratage.  Dans le cadre de Nestor, Marcel Saudet se veut rassurant en assurant que les séquences vidéo ne sont pas stockées et que les données collectées sont chiffrées et anonymes et elles ne seront pas vendues.

A lire aussi :

Les GAFAM dans les écoles françaises : oui, mais sous conditions

Les GAFAM s’invitent dans les écoles françaises

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur