État d’urgence : les Sages invalident la copie de données informatiques

JuridiqueLegislationPolitique de sécuritéRégulationsSécurité

La disposition de la loi sur l’état d’urgence autorisant la copie de toutes les données informatiques accessibles lors d’une perquisition administrative, a été censurée par le Conseil constitutionnel.

Saisie d’une question de constitutionnalité posée par la Ligue des droits de l’homme, le Conseil constitutionnel a censuré, vendredi 19 février, un paragraphe de la loi sur l’état d’urgence portant sur la copie de données informatiques. L’état d’urgence avait été décidé au lendemain des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, et renouvelé depuis pour une nouvelle période de trois mois. Dans ce contexte, l’essentiel de l’article 11 de la loi du 3 avril 1955 dans sa rédaction résultant de la loi du 20 novembre 2015 (perquisitions administratives en tout lieu, y compris un domicile, de jour et de nuit) a été validé. Mais le Conseil constitutionnel a jugé non conformes, aux droits et libertés que la Constitution garantit, les dispositions permettant « à l’autorité administrative de copier toutes les données informatiques auxquelles il aura été possible d’accéder au cours de la perquisition ». Tous les terminaux sont concernés : ordinateurs, tablettes, smartphones, serveurs…

Pas de saisie informatique sans juge

Dans sa décision, la Conseil Constituionnel a considéré « que cette mesure est assimilable à une saisie » alors que « ni cette saisie ni l’exploitation des données ainsi collectées ne sont autorisées par un juge, y compris lorsque l’occupant du lieu perquisitionné ou le propriétaire des données s’y oppose et alors même qu’aucune infraction n’est constatée ». L’institution souligne, par ailleurs, que « peuvent être copiées des données dépourvues de lien avec la personne dont le comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics ayant fréquenté le lieu où a été ordonnée la perquisition ».

Pour les sages, enfin, « le législateur n’a pas prévu de garanties légales propres à assurer une conciliation équilibrée entre l’objectif de valeur constitutionnelle de sauvegarde de l’ordre public et le droit au respect de la vie privée ; que, par suite et sans qu’il soit besoin d’examiner les autres griefs, les dispositions de la seconde phrase du troisième alinéa du paragraphe I de l’article 11 de la loi du 3 avril 1955, qui méconnaissent l’article 2 de la Déclaration de 1789, doivent être déclarées contraires à la Constitution ».

Les droits fondamentaux en question

L’avocat de la LDH, Patrice Spinosi, a indiqué que la décision du Conseil démontre « la légitimité » de l’action menée jusqu’ici. De son côté, l’association de défense des droits et libertés La Quadrature du Net a souligné que « la censure partielle de la loi sur l’état d’urgence est un succès et souligne le travail indispensable de recours administratifs conduit par diverses organisations de défense des droits ».

Lire aussi :

Conseil Constitutionnel : loi sur le renseignement validée, la proportionnalité rappelée
État d’urgence : les députés votent le blocage express de site web

crédit photo © kirill_makarov / shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur