Euro 2016 : France-Portugal, un match à 7,3 Térabit/s

Gestion des réseauxRéseaux
2 12 Donnez votre avis

La finale de l’Euro 2016, un match perdant pour les Bleus mais gagnant pour Akamai qui a enregistré un record de trafic durant la rencontre.

M6 n’est pas le seul média à avoir battu un record d’audience le 10 juillet dernier avec la retransmission de la rencontre France-Portugal en finale de l’Euro 2016 au Stade de France. Akamai aussi. Avec une audience qui s’est traduite en un record de trafic.

L’opérateur de CDN (content delivery networks) a annoncé avoir enregistré un pic de 7,26 Tbit/s (7 300 Gbit/s) de consommation de bande passante sur sa plate-forme de diffusion de contenus. Un pic atteint durant la période des prolongations de l’ultime rencontre du Championnat d’Europe de football 2016 retransmis en direct sur son réseau. Akamai ne précise pas si c’était autour de la 109 minute, moment du premier (et ultime) but encaissé par les Bleus qui a signé leur défaite.

3,3 millions de flux simultanés

Mais c’est indéniablement une victoire pour l’opérateur de contenus qui démontre ainsi l’excellence des capacités de son infrastructure. Le précédent record de trafic dans le cadre d’un événement sportif s’élevait à 7 Tbit/s. Toujours autour du ballon rond à l’occasion de la demi-finale de la Coupe du Monde 2014 opposant l’Argentine aux Pays-Bas. Et pas la finale Allemagne-Argentine ?

Avec le trafic, la finale de l’Euro 2016 a marqué une autre performance jamais atteinte sur les solutions Akamai qui a enregistré un pic de plus de 3,3 millions de flux simultanés avec une moyenne de 2,09 Mbit/s par flux. Loin devant les 2,7 millions de flux enregistrés lors de la rencontre Allemagne-Italie (pour 6 Tbit/s de trafic), les 2,6 millions de Allemagne-France (5,9 Tbit/s), les 2,4 millions de Angleterre-Islande (5,3 Tbit/s) et les 2,3 millions pour Italie-Espagne (5,3 Tbit/s).

Cinquante diffuseurs pour les JO de RIO

L’ensemble de ces statistiques démontre que les téléspectateurs passent de plus en plus par Internet pour regarder des événements télévisés, que ce soit depuis la box branchée au téléviseur (qui reste le principal media de consommation de ce type de contenus) ou depuis les PC, tablettes voire smartphones en Wifi ou mobilité. Un constat que l’on aura l’occasion de vérifier dès le mois prochain à lors des JO de Rio. Akamai y épaulera plus d’une cinquantaine de diffuseurs à travers le monde.


Lire également
49 % du trafic Internet mondial provient de… robots
Le trafic IP des entreprises va doubler entre 2015 et 2020
Akamai se renforce dans la diffusion de vidéo haute définition

Photo via Visual Hunt

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur