Le Raspberry Pi 3 overclocké à 1,5 GHz !

ComposantsPCPoste de travail
Linux 3.4 soigne ses performances en environnement serveur
4 1 2 commentaires

Grâce à une petite astuce, le mode turbo redevient disponible sur le Raspberry Pi 3, qui peut alors se montrer jusqu’à 2 fois plus véloce qu’un Pi 2.

Le Raspberry Pi 3 a été présenté il y a tout juste une semaine. Voir à ce propos notre article « Le Raspberry Pi 3 passe au 64 bits ! ». Au menu, un processeur ARM comprenant 4 cœurs 64 bits cadencés à 1,2 GHz. Une offre très efficace, mais qui ne donne pas sa pleine mesure sur tous les OS.

Avec le dernier firmware, le Raspberry Pi 3, tout comme ses prédécesseurs, démarre en effet à 600 MHz, afin de limiter la chauffe. C’est à l’OS de prendre en compte la montée en fréquence du processeur, selon la charge et la température de la puce. Les systèmes d’exploitation n’assurant pas cette opération (par exemple RISC OS) affichent donc un score processeur fortement réduit.

Forcer le support du turbo

Pour le Raspberry Pi 2, la solution était simple : passer à 900 MHz, via les directives « force_turbo=1 » et « arm_freq=900 », placées dans le fichier config.txt du firmware. Par sécurité, coller un petit dissipateur thermique au SoC – qui fonctionne alors toujours à pleine vitesse – est ici recommandé. Avec le Pi 3, ceci n’est pas possible, car l’overclock n’est pas permis. Du moins pas officiellement.

« avoid_warnings=1 » permet de ne pas afficher l’alerte signalant un manque d’énergie ou un excès de chaleur. « avoid_warnings=2 » fait de même, et autorise l’overclockage lorsque la tension électrique est insuffisante. Dans la pratique, il permet d’overclocker son Pi, dans tous les cas. Et le composant BCM2837 est plutôt bon dans ce domaine. Sensiblement plus froid en charge que le BCM2836 du Raspberry Pi 2 (en moyenne 60° à 1200 MHz selon Phoronix), il promet de belles possibilités.

Une vraie évolution des performances

Ainsi, les utilisateurs de RISC OS ont pu pousser la machine à 1,5 GHz. La durée de vie de l’ensemble devrait s’en ressentir, mais les résultats sont là. Avec un score RISCOSmark de 1672 %, l’offre Cortex-A53 du Raspberry Pi 3 à 1,5 GHz est 27 % plus véloce qu’une puce Cortex-A9 cadencée à la même fréquence. Il est aussi 2,5 fois plus rapide qu’un Pi 2 overclocké à 1 GHz.

Le site Phoronix a fourni de premiers tests de vitesse sous Raspbian du Raspberry Pi 3 cadencé à 1,2 GHz. Une fréquence de 1,5 GHz devrait pouvoir booster ces résultats. Ils demeurent toutefois d’ores et déjà très bons, même si très inférieurs à ceux décrochés par des puces en Cortex-A57. Voici les données synthétiques tirées de ces benchmarks :

  • Calculs massifs : 1,6 fois plus rapide qu’un Pi 2, 7,8 fois plus qu’un Pi 0 ;
  • Chiffrement : 1,7 fois plus rapide qu’un Pi 2, 7,4 fois plus qu’un Pi 0 ;
  • Raytracing : 1,6 fois plus rapide qu’un Pi 2, 9,2 fois plus qu’un Pi 0 ;
  • Compression FLAC : 1,4 fois plus rapide qu’un Pi 2, 2,7 fois plus qu’un Pi 0.

Les +50 % à +60 % de performances annoncées par la Fondation Raspberry Pi semblent donc bien là. Une bonne nouvelle. À 1,5 GHz, le Raspberry Pi 3 pourrait même se montrer 2 fois plus véloce qu’un Pi 2.

À lire aussi :

Le Raspberry Pi 3 passe au 64 bits !
Ubuntu s’invite en force sur le Raspberry Pi 3
Windows 10 IoT Core s’invite sur le Raspberry Pi 3
Le Raspberry Pi 3, première machine desktop ARM ?
Le Raspberry Pi 3 s’habille (déjà) en laptop et all-in-one
10 questions pour connaître le Raspberry Pi 3 (quiz)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur