Télégrammes : Facebook au Danemark, succès de Nutanix en Bourse, Firefox veut plus de sécurité, le cobalt maudit des smartphones

CloudComposantsData & StockageDatacentersMobilitéNavigateursPoste de travailRégulationsSécuritéSmartphonesStockage
1 2 Donnez votre avis

Pas besoin de braquer Silicon.fr pour vous parer de nos diamants de l’information du soir.

  • Facebook construit un datacenter au Danemark. Après la Suède et son centre de calcul à Lulea, Mark Zuckerberg aurait décidé de poser ses valises au Danemark, et plus exactement à Odense. La ville de naissance du conteur Hans Christian Andersen devrait, dans les prochains mois, voir s’ériger un datacenter de 184 000 m². Une opération qui devrait générer 1200 emplois, selon nos confrères de Reuters. Il s’agit du 3ème datacenter de Facebook en dehors des Etats-Unis. La semaine dernière, le fondateur du réseau social a publié plusieurs photos du centre de Lulea pour montrer les avancées technologiques dans le domaine des datacenters.
  • Nutanix réveille le Nasdaq. L’entrée de Nutanix sur le Nasdaq américain est une réussite. Pour sa première journée de cotation, le titre de la start-up spécialiste des infrastructures convergées est passé de 16 à 37 dollars, faisant s’envoler la valorisation de la société. En une journée, celle-ci est passée de 2,2 milliards à plus de 5 milliards de dollars. Comme d’autres start-ups du secteur, Nutanix voit son chiffre d’affaires progresser régulièrement mais sans parvenir, pour l’instant, à juguler ses pertes. Lors de sa dernière année fiscale, le spécialiste des infrastructures convergées a réalisé un chiffre d’affaires de 445 millions de dollars (+85 %), pour une perte de 168 millions. Celle-ci s’est creusée de 33 % en un an. Dans les premiers échanges de sa seconde journée de cotation, le titre (NTNX) s’apprécie encore de quelque 9 % et a dépassé le seuil des 40 dollars. L’année 2016 était pourtant, jusqu’alors, considérée comme un cru très médiocre pour le Nasdaq, avec seulement 75 introductions en bourse depuis le début de l’année contre 140 en 2015, selon les chiffres de EY.
  • Firefox ne visitera plus les sites web mal protégés. Mozilla vient de monter d’un cran la sécurité de la navigation web depuis Firefox. Le navigateur refusera de se connecter aux serveurs qui ne disposent pas de clés de chiffrement d’au moins 1023 bits pour l’algorithme asymétrique Diffie-Hellman (DH), une solution de plus en plus utilisée dans les échanges client-serveur. Une initiative prise après la faille Logjam qui avait permis, en 2015, de casser une clé DH à 512 bits. La plupart des serveurs avaient appliqué le correctif adéquat, mais « un petit nombre d’entre eux ne sont pas configurés pour utiliser des clés assez fortes », explique le développeur de Mozilla David Keeler. Un nombre que ComputerWorld évalue à environ 7 000 sur les 140 000 premiers sites web HTTPS de la toile. Les utilisateurs de Firefox qui tenteront de visiter les sites insuffisamment chiffrés seront donc bloqués par le message suivant : « ssl_error_weak_server_ephemeral_dh_key ».
  • Les smartphones empoisonnés par le cobalt. Les derniers modèles d’iPhone ou de Samsung Galaxy cultivent leur côté glamour. Mais, comme le montre une très instructive enquête du Washington Post, les conditions de fabrication des batteries Lithium-Ion que renferment nos smartphones le sont beaucoup moins. Nos confrères zooment en particulier sur le commerce du cobalt, composant essentiel des batteries, extrait parfois à la main, dans des conditions inhumaines, par quelque 100 000 travailleurs au Congo. Enfants y compris. Le Congo représente à lui seul 60 % de la production mondiale de cobalt, et entre 17 et 40 % du minerai extrait sur place provient de mines artisanales, les plus dangereuses. Le Washington Post a retracé le trajet de ce cobalt jusqu’à un des plus important producteur de ce minerai, Zhejiang Huayou Cobalt. Un géant qui fournit plusieurs producteurs de batteries qu’on retrouve dans les terminaux d’Apple, de Samsung, Amazon ou encore LG. La croissance attendue des voitures électriques ne fera que renforcer les besoins en cobalt ; chacun de ces véhicules embarquant entre 4,5 et 9 kg de ce métal… Soit environ 1 000 fois plus qu’un smartphone.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur