Facebook investit 200 millions de dollars dans un nouveau datacenter

CloudData & StockageDatacentersProjetsStockage
3 51 Donnez votre avis

Facebook va construire son sixième datacenter à Prineville dans l’Oregon, terre de naissance de sa première usine de calcul il y a 5 ans.

Cinq ans après l’ouverture de son premier datacenter propriétaire, à Prineville dans l’Etat de l’Oregon, Facebook annonce qu’il va construire son troisième bâtiment dédié au déploiement de serveurs et équipements réseau dans cette ville. L’annonce a été faite sur une page du réseau social – comme il se doit – par Ken Patchett, directeur des opérations datacenter pour la région ouest. La société dirigée par Mark Zuckerberg investira 200 millions de dollars (environ 177 millions d’euros) dans la construction du nouveau bâtiment. Laquelle a commencé, 147 personnes s’y attelleraient actuellement, dont 85% de locaux (comté de Crook). Rappelons que la première tranche de Prineville avait, en 2010, servi de prototype aux constructions suivantes du réseau social.

Le plus grand datacenter Open Compute

Cette troisième tranche du centre de calcul de Prineville aura particularité d’être le plus grand centre d’hébergement de matériels développés sous Open Compute. Le projet initié par Facebook vise à faciliter la conception de serveurs ouverts. On y retrouvera notamment les hardwares sous architectures Yosemite, Wedge et 6-pack.

Comme les précédentes fermes de serveurs de Facebook, les installations de cette nouvelle tranche seront refroidies par un système d’aération exploitant l’air ambiant au lieu des traditionnels climatiseurs énergivores. Une technique, dite adiabatique, de refroidissement par évaporation qui abaisse la température de l’air en pulvérisant un fin brouillard d’eau.

Dans son post, Ken Patchett ne précise pas le calendrier du chantier, ni même ses caractéristiques en volume ou capacité d’hébergement de nombre de serveurs, de stockage ou de puissance générée (lesquels évoluent d’ailleurs au fil des nouvelles générations de machines et architectures). Mais il est clair que ce nouveau datacenter visera à répondre aux besoins de Facebook face à la hausse des usages de sa plateforme. En juin dernier, le réseau social revendiquait 1,49 milliard de comptes utilisateurs (dont 1,31 milliard qui se connectent régulièrement depuis un appareil mobile). Le 24 août, Facebook a battu un record avec 1 milliard de personnes qui se sont connectées au réseau dans la journée.

Bientôt six datacenters

Au-delà de Prineville, Facebook dispose également d’autres centres de calcul et stockage à Forest City (Caroline du Nord) et Altoona (Iowa), Luleå (Suède) et, prochainement, à Fort Worth (Texas). Soit un total de six datacenters en service dans les prochains mois. L’entreprise n’est d’ailleurs pas la seule à exploiter ses propres infrastructures dans la région. Google prévoit de construire son quatrième datacenter dans l’Oregon, à Dalles sur les berges de la Columbia River. Avec, là aussi, un investissement minimum de 200 millions de dollars.

Ken Patchett indique par ailleurs que le nouveau projet devrait, à terme, générer des milliers d’emplois directs et indirects et injecter plusieurs millions de dollars dans l’économie locale.


Lire également
Facebook construit son deuxième datacenter 100% vert
Au cœur des pannes de SSD des datacenters de Facebook
Le drone Aquila de Facebook : un défi technique et réseau


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur