Fausses news et contenus haineux : L’Allemagne menace Facebook

CollaborationLegislationLogicielsRégulations

L’Allemagne hausse le ton contre Facebook. Le gouvernement veut que le réseau social soit plus strict face aux publications condamnables.

Hier, nous expliquions que Facebook allait faciliter le signalement des fausses informations et canulars circulant sur son site. Voir à ce propos notre article « Facebook veut mettre un frein aux hoax et fausses informations ».

La société semble toutefois réticente à l’idée de fliquer outre mesure ses utilisateurs. Préférant pour l’occasion opter pour un compromis mou, via l’introduction de nouvelles options de signalement.

Ceci pourrait toutefois ne pas suffire aux yeux de certains pays. Comme l’Allemagne. Le gouvernement Merkel voit ainsi d’un assez mauvais œil cette déferlante de fausses informations et de contenus équivoques sur le réseau social américain.

500.000 euros par manquement

Thomas Oppermann, président du groupe parlementaire du parti social-démocrate, explique dans les colonnes du Spiegel qu’il souhaiterait que Facebook écope de lourdes amendes si du contenu signalé n’était pas retiré dans les 24 heures. 500.000 euros par publication. « Facebook gagne des sommes indécentes avec les fausses informations », rappelait récemment Heiko Maas, ministre allemand de la Justice dans un entretien accordé à Bild. Ces déclarations sont intervenues avant l’attentat qui a endeuillé, hier soir, la capitale allemande.

L’objectif est donc de responsabiliser Facebook, qui – comme nombre de pure players du Net – tend à proposer des services sans y assurer aucune forme de contrôle. Contrôle qui serait trop coûteux en termes de ressources humaines. L’Allemagne compte exiger que Facebook dispose d’équipes de modérateurs travaillant en 24/7, afin d’éliminer tout message condamnable dans les plus brefs délais.

À lire aussi :

Facebook censure pour pouvoir revenir en Chine
Contre la désinformation, Facebook et Google garrottent la publicité
Malgré le Brexit, Facebook embauche 500 personnes au Royaume-Uni


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur