Télégrammes : Ford et Google font auto commune, malwares US contre Daesh, Cisco audite, HPE s’intéresse à Scality

CyberguerreMalwaresRéseauxSécurité
2 2 Donnez votre avis

Alors que nous avons basculé définitivement dans l’hiver sans en voir les frimas, il est temps de lire en toute quiétude les télégrammes du soir.

Voiture autonome : Ford va s’allier à Google. Selon Yahoo, lors du prochain CES (Consumer Electronic Show, qui se tient du 6 au 9 janvier à Las Vegas), Ford va annoncer une co-entreprise avec Google afin de construire des véhicules autonomes. Pour Mountain View, qui développe depuis des années ses technologies sur le sujet, le partenariat sera non exclusif. Si le géant de la recherche fait rouler ses prototypes sur les routes américaines depuis des mois (avec un total de 1,3 million de miles au compteur), il ne semble pas enclin à tenter seul l’aventure de la commercialisation de voitures. Le partenariat avec Ford lui fournit une porte d’entrée sur les processus de l’industrie automobile et ses contraintes. L’activité véhicules autonomes de Google s’est récemment dotée d’un directeur général, John Krafcik. Ce dernier a travaillé pendant 14 années pour… Ford.

Le Pentagone élabore des malwares contre ISIS. Selon le Los Angeles Times, les experts du cybercommandement américain (USCYBERCOM) ont concocté plusieurs malwares anti-Daesh. Ils souhaiteraient utiliser ces outils contre les moyens de communication de l’Etat Islamique (ordinateurs, smartphones, serveurs). Mais cette stratégie n’est pas du goût du FBI qui préfère une riposte plus ciblée pour glaner des informations et remonter les filières. Une campagne trop générale de sabotage risque d’impacter le travail des organisations humanitaires et de l’opposition en Syrie et en Irak. Après les attentats de Paris et de San Bernardino, qui ont montré la présence de Daesh sur le web et mis en lumière l’utilisation de messageries chiffrées par les terroristes, la stratégie de cyber-offensive est une option, selon la Maison Blanche.

Cisco audite le code de ses systèmes. Après l’affaire Juniper qui a découvert du « code non autorisé » dans le système d’exploitation de ses firewalls, Cisco a décidé de prendre les devants. Son directeur de la sécurité, Anthony Grieco, a décidé de mener une grande opération d’analyse des systèmes maison pour y déceler des anomalies. Le responsable indique : « bien que nos pratiques normales doivent détecter les logiciels non autorisés, nous reconnaissons qu’aucun processus ne peut éliminer l’ensemble des risques. L’examen supplémentaire comprend tests de pénétration, une revue du code par des ingénieurs réseau et une recherche approfondie sur la cryptographie ». L’audit doit déterminer l’absence de backdoors, de canaux de communication inconnus et de moyens de détournement de trafic.

HPE suit Scality de près. Outre un accord de revente des solutions Scality (à l’instar de Dell), HPE financerait le spécialiste du stockage Cloud, selon The Register. Le géant californien aurait investi 10 millions de dollars dans Scality, qui développe un logiciel de stockage pour le Cloud (RING) associé à des exploitations Big Data. Déjà, à la fin de l’été, Scality a bouclé un tour de table de 45 millions de dollars, précisent nos confrères d’ITespresso. En l’état actuel, on ignore si l’implication de HPE est intégrée à ce tour de table ou s’il s’agit d’une levée de fonds additionnelle. Chez Scality, le projet d’introduction en Bourse suit son chemin. Le grand bond surviendra peut-être en 2016.

Crédit photo :  Aleksandar Mijatovic-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur