Frédéric Gimenez, DSI de Total, « Ouvrir l’informatique à la transformation numérique en toute sécurité »

CloudDatacentersDSIMobilitéPolitique de sécuritéProjetsSécurité
4 26 Donnez votre avis

Participant pour la première fois au concours Meilleur dev de France, Frédéric Gimenez, DSI de Total est revenu sur l’implication des développeurs et la stratégie de transformation digitale du groupe.

Frédéric Gimenez, DSI de Total, n’est pas venu seul à l’occasion de l’évènement Meilleur dev de France. En effet, le groupe pétrolier avait mandaté 20 développeurs pour participer au concours. Une décision logique pour le dirigeant qui estime que la transformation numérique est au centre des priorités de Total avec l’appui des développeurs. L’évènement permet aussi de réunir des développeurs qui sont dispersés dans plusieurs directions du groupe. Et enfin de pouvoir se comparer à d’autres confrères, assure le DSI.

Frédéric Gimenez rappelle qu’au sein de Total, il n’existe pas une seule informatique mais des informatiques, allant du HPC pour l’exploration minière, à la partie industrielle et au marketing et les services en contact avec les clients. Si le maintien opérationnel de l’informatique existante reste un élément important, le PDG de Total très sensible au numérique a nommé l’année dernière un CDO, Chief Digital Officer. Il va regarder les usages, discuter avec les métiers et la DSI va lui apporter les solutions techniques et lui ouvrir l’informatique du groupe. Un travail commun, précise Frédéric Gimenez, qui se fera de manière maîtrisée avec une contrainte non négociable, la sécurité IT.

Est-ce que cette ouverture va jusqu’au Cloud et au BYOD ? Le DSI n’est pas fermé sur le Cloud. Il existe un panel de besoins qui justifie la migration vers le Cloud. D’autres applications sont trop stratégiques et critiques pour être mis à l’extérieur de l’entreprise comme par exemple la production/exploration. Les évolutions vers le Cloud sont de toute façon inéluctables et déjà engagés par les métiers à travers les offres SaaS. Pour le BYOD, Frédéric Gimenez souligne que c’est non autorisé chez Total, mais que la question de la mobilité est sur la table et que des avancées pourraient voir le jour d’ici la fin de l’année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur