Fujitsu met son IT au service des makers du TechShop-Leroy Merlin

LogicielsMobilitéOpen SourcePCPortablesPoste de travailProjets
3 18 Donnez votre avis

Surfant sur la vague des makers, Leroy Merlin vient d’inaugurer un TechShop à Ivry-sur-Seine. Pour la partie IT, l’entreprise a choisi Fujitsu qui a eu deux mois pour intervenir en mode agile et réactif.

Benjamin Revcolevschi, DG de Fujistu France et Christophe Raillon, directeur du projet TechShop
Benjamin Revcolevschi, DG de Fujistu France et Christophe Raillon, directeur du projet TechShop

A côté du Leroy Merlin d’Ivry sur Seine, il faut faire quelques pas dans la rue pour découvrir le TechShop de l’enseigne de bricolage. Ce terme vient d’une entreprise américaine qui a été créée il ya quelques années avec pour concept de proposer un lieu de création et d’innovation. Concrètement, il s’agit d’un hangar sur deux niveaux où sont mis à disposition des machines industrielles pour réaliser les projets. Cette initiative, inaugurée il y a seulement 3 semaines, s’inscrit dans la vague des « makers », une communauté de bidouilleurs, de bricoleurs, d’inventeurs, qui veulent créer, élaborer des choses et faire partager leurs expériences. Leroy Merlin s’est donc rapproché de TechShop US pour signer un partenariat et monter cet espace en lisière de Paris.

« Leroy Merlin est très ouvert à l’innovation et à cet esprit de l’économie de partage », rappelle Christophe Raillon, directeur du projet. Il indique les 3 credos du TechShop : « L’accès aux machines avec une forte demande pour les impressions en 3D, le partage du savoir quand quelqu’un vient avec un projet, il est dans une démarche itérative et donc d’apprentissage et de transmission. Enfin, nous sommes dans une volonté d’Open Source aussi bien sur le plan logiciel et sur le plan hardware. »

Du matériel IT pro pour les makers

Pour la partie IT, l’inspiration est aussi venue d’outre-atlantique. « Les TechShop aux Etats-Unis sont partenaires de Fujitsu, nous nous sommes donc naturellement tournés vers eux pour ce sujet », explique Christophe Raillon. Un challenge avoue Benjamin Revcolevschi, directeur général de Fujitsu France. « Nous avions deux mois pour connaître les exigences du TechShop et proposer des solutions. Une petite équipe de 4 personnes est intervenue en mode agile et réactif. »

Deux personnes dans l’équipe se sont chargées de l’aspect matériel. Le TechShop comprend ainsi plusieurs stations de travail Celcius W530, des notebooks Lifebook E754, des PC Esprimo ainsi que des écrans haut de gamme dont certains sont tactiles. A noter que les ordinateurs mis à disposition des « makers » embarquent pour la plupart des logiciels Autodesk (partenaire de TechShop) pour la modélisation et Adobe pour la conception. Il a fallu connecter ces PC et stations de travail aux machines, comme pour la découpe laser ou les impressions 3D.

De l’Open Source pour l’encaissement

Une autre équipe s’est intéressée à la question de facturation. « La spécificité française par rapport aux Etats-Unis est que nous sommes dans une logique d’abonnement et de ventes de consommables, il était pour nous essentiel d’avoir un logiciel d’encaissement », souligne Christophe Raillon. « Pour ce cas, l’équipe de Fujitsu est partie de zéro et s’est tournée vers une solution Open Source pour les points de vente, UniCenta », explique Benjamin Revcolevschi. Le cahier des charges était relativement simple, constate le dirigeant car il ne concernait qu’une caisse. « Il fallait quelque chose de léger et d’adaptable. » Parmi ces adaptations, il était impératif de prendre en compte les paiements en ligne. Fujitsu a donc procédé à des développements pour cela.

IMG_5053Au final, l’infrastructure IT se marie bien avec les différentes salles machines dans différents secteurs, l’impression sur tout type de supports (carrelage, plexigas, métal), le travail du bois ou du métal, etc. Un moyen pour Benjamin Revcolevschi de constater certains détails à corriger comme mettre une protection sur les claviers d’ordinateurs en contact avec la poussière de bois. « Ce type de partenariat permet d’apprendre et de comprendre le besoin des clients », assure-t-il. Car l’expérience ne s’arrête pas à Ivry Sur Seine. « Il est prévu de créer 2 ou 3 autres TechShop dont un qui sera plutôt en lien avec le monde universitaire », évoque Christophe Raillon.

Sans aller trop vite en besogne, il salue le travail de Fujitsu France. « Ils ont été très réactifs et nous sommes en contact quasiment tous les jours pour leurs demander des conseils et des avis sur la mise en place de nouvelles applications. » Parmi les demandes qui pourraient voir le jour, il y a la création des sessions sécurisées individuelles, car TechShop Leroy Merlin intéresse les grandes sociétés qui peuvent faire travailler des petites équipes sur des projets. Quelques semaines après l’ouverture, l’émulation est déjà là et la courbe d’apprentissage ne fait que commencer.

A lire aussi :

Pour Fujitsu, l’innovation doit rester à hauteur d’homme

En plein boom, Dassault Systèmes surfe sur la tendance des makers


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur