Télégrammes : Fusion iPhone et MacBook, Intel créé une unité IA, Microsoft partenaire de Toyota

Business IntelligenceComposantsData & StockageMobilitéPoste de travailSmartphonesTablettes

Naviguant entre les ralliements politiques et les menaces d’attentat en Europe, les télégrammes trouvent leur chemin vers vous chaque soir.

Un iPhone intégrable dans un MacBook. Un brevet a été déposé par Apple montrant un MacBook disposant d’un espace au niveau du trackpad pour insérer un iPhone. Ce brevet a été dépose ce 23 mars auprès de l’USPTO, l’organisme américain en charge d’enregistrer et de valider les brevets. Dans son explication, la firme de Cupertino indique vouloir travailler sur des « systèmes et méthodes permettant d’ajouter des composants internes à des appareils portables particulièrement fins». Apple pourrait alors fournir un écran, ainsi qu’un clavier (avec un facteur de forme ressemblant à un MacBook) et le smartphone apporterait la puissance de son processeur. Un autre brevet prévoit d’intégrer une tablette, en l’occurrence un iPad au niveau de l’écran de l’ordinateur avec la même finalité.

Intel créé sa division Intelligence Artificielle. En août dernier, la firme de Santa Clara mettait la main sur Nervana pour 400 millions d’euros. Cette start-up spécialisée dans le deep learning est devenue la pierre angulaire des recherches sur l’intelligence artificielle d’Intel. Le fondeur vient de formaliser la chose en créant une division à part entière. A la tête de cette nouvelle entité, on ne s’étonnera pas de trouver Naveen Rao, le co-fondateur de Nervana. Cette division va plancher pour « extraire les principes de fonctionnement du cerveau et les appliquer dans le silicium ». Ce concept doit trouver sa première concrétisation en 2017, avec la sortie d’un accélérateur fonctionnant de concert avec les Xeon d’Intel : Lake Crest.

Toyota embarque Microsoft dans ses voitures. Microsoft et Toyota ont signé un accord de partenariat portant sur les technologies de véhicules connectés. Plus précisément, Microsoft va licencier des brevets au constructeur automobile japonais, notamment les technologies du Cloud Azure utilisées par Toyota Connected. Cette filiale considérée comme le hub de la data science du constructeur s’appuie depuis sa création en avril 2016 sur le Cloud public de Redmond pour traiter ses données. Le japonais s’en sert autour des systèmes d’exploitation, de capture de mouvement, du Wifi, de la reconnaissance vocale ou encore de navigation. Toyota rejoint ainsi d’autres constructeurs comme BMW, Ford, Volvo ou encore Renault-Nissan au sein de l’écosystème Microsoft. Mais le constructeur nippon est le premier constructeur à disposer d’un accès direct à l’ensemble des technologies de Microsoft dédiées à l’automobile. Selon Gartner, 250 millions de véhicules seront équipés de systèmes de connectivité en 2020.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur