Télégrammes : Les Gafam contre Trump, StarDust lève 800 000 euros, La Poste en pince pour Microsoft, Claranet investit l’Italie

BureautiqueCloudCollaborationDatacentersDSILegislationLogicielsPAASProjetsRégulationsSécurité

Moins périssable que la candidature de François Fillon à la présidentielle, voici nos télégrammes du soir.

Les Gafam à la tête de la fronde anti-Trump. Selon Bloomberg, de grandes entreprises américaines sont en train de travailler sur une lettre ouverte adressée au président des Etats-Unis, Donald Trump, afin de lui faire part de leurs inquiétudes suite au récent décret de ce dernier sur l’immigration. Parmi les meneurs de cette fronde, on retrouve Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (soit les Gafam), même si des entreprises de la finance, de l’industrie, de l’énergie et de la grande consommation sont également présentes. Dans un brouillon qu’ont pu consulter nos confrères, ces sociétés s’inquiètent de voir ce décret toucher de « nombreux détenteurs de visas qui travaillent dur ici, aux Etats-Unis, et contribuent aux succès de notre pays ». Sans attendre la publication de cette lettre, avant la fin de cette semaine, le président de Microsoft, Brad Smith, a demandé à l’administration américaine de faire une exception au décret bannissant toute personne issue d’un des 7 pays musulmans désignés par Trump pour les détenteurs de visas de travail ou d’étude. Microsoft compte 76 employés touchés directement par le décret du président américain.

Crowdtesting : le Français StarDust lève 800 000 euros. Spécialisée dans les tests, notamment des applications mobiles, la société marseillaise StarDust lève 800 000 euros, provenant des actionnaires historiques de la société ainsi que de 4 investisseurs privés. La société fondée en 2011 a développé une plateforme de ‘crowdtesting’, permettant de réunir des testeurs freelance issus de 45 pays, selon le site Web de la société. Si le concept s’apparente à celui du bug bounty, StarDust se concentre sur les tests technico-fonctionnels et non sur les failles de sécurité. La société, qui propose également des services plus classiques de délégation des tests dans ses labos ou sur site, indique travailler avec quelques grandes entreprise comme la Française des Jeux, Danone, L’Oréal ou BNP Paribas.

La Poste se transforme avec Microsoft. Dans le cadre de sa transformation par le numérique, le groupe La Poste annonce lancer un environnement de travail numérique innovant baptisé .COM1. Cette plate-forme va aider à réorganiser la façon dont travaillent les différentes équipes RH, finances et achats, notamment, à travers la mutualisation des différents système d’information. Pour cela, .COM1 s’appuiera sur Office 365 de Microsoft pour unifier l’existant (messagerie, agendas, communications unifiées…) et l’enrichir d’outils collaboratifs type réseau social d’entreprise mais aussi de gestion documentaire et de business intelligence. Office sera fourni à plus de 200 000 collaborateurs d’ici à début 2019, souligne ITespresso.fr. Le montant du contrat n’a pas été communiqué. Lors de la création de la branche numérique de La Poste en octobre 2015, la direction avait affiché sa volonté d’investir plus de 500 millions d’euros en équipements et plus de 400 millions d’euros en formation des employés.

Claranet s’exporte en Italie. Claranet annonce l’ouverture prochaine d’une nouvelle entité en Italie. Le fournisseur de services d’hébergement et d’infogérance d’applications critiques entend ainsi profiter de la croissance italienne en matière de services managés autour du Cloud public. Claranet Italie sera localisée à Milan. Fabrice Tetu, précédemment CEO de Diademys (racheté par Claranet l’année dernière), sera en charge de la nouvelle entité. Elle constitue la première expansion organique du groupe depuis son installation en Allemagne en 2000, et en France en 1998, au-delà de sa création en Angleterre en 1996. L’hébergeur est déjà présent aux Pays-Bas, en Espagne, au Portugal et au Brésil à travers 37 centres d’hébergement et 20 bureaux. Le groupe affiche un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros pour 5 800 clients servis par 1 250 salariés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur