GE va concevoir des serveurs et routeurs dédiés à l’IoT

CloudDSIPAASProjetsRéseauxServeurs

Après avoir lancé un Paas dédié à l’IoT, GE va mettre sur pied une gamme de matériels pour les entreprises réticentes à envoyer toutes leurs données dans le Cloud. Avec l’appui de HPE, Cisco et Dell.

Dans son offensive sur le logiciel – avec un objectif de 20 Md$ de chiffre d’affaires en 2020 -, GE s’apprête à faire un détour par le matériel. Selon le Wall Street Journal, le géant américain s’apprête à commercialiser des serveurs, des routeurs et des boîtiers de connexion pour les capteurs, afin de faciliter la collecte des données créées par les grands équipements industriels. Certains de ces équipements sont conçus en propre par le conglomérat, d’autres le seront en partenariat avec des géants de l’IT dont HPE et Cisco.

Ces équipements visent à offrir de la souplesse aux entreprises, en particulier à celles qui ne souhaitent pas envoyer toutes leurs données dans le Cloud. « Tous les clients ne sont pas prêts à se débarrasser de leur infrastructure de contrôle des systèmes, mais ils veulent malgré tout retirer quelques bénéfices du Cloud », argumente Jim Walsh, Pdg de l’entité automatisation et contrôles de GE. Bref, GE entend proposer un moyen permettant aux entreprises de « se lancer de façon non invasive ».

Voici les Predix boxes

Au sein de cette gamme, on trouvera un petit équipement, appelé Field Agent, capable de récupérer les données opérationnelles d’une machine. Avec l’appui de Cisco, HPE et Dell, GE s’apprête surtout à fournir des serveurs préconfigurés pour Predix, permettant de faire fonctionner la plateforme IoT du géant et ses applications complémentaires (Predix est avant tout un PaaS) sur site. La Predix Box, qui devrait être un environnement prêt à l’emploi se présentant sous la forme d’une armoire, serait ainsi disponible dans le courant du second trimestre 2017.

Destinés à rassurer les entreprises réticentes à l’idée d’envoyer leurs données de production dans le Cloud, ces boîtiers permettront d’analyser les performances des équipements mais aussi de les croiser avec des données externes (météo, prix…) afin de faciliter la prise de décision. Certains prototypes d’équipements GE sont déjà en tests chez des clients. Notamment chez NRG Energy. Cet énergéticien américain a connecté une de ses turbines à un équipement GE, afin d’y récupérer les données de production et de les croiser avec les tarifs de l’énergie. Objectif : « déterminer le niveau de production optimal de chaque unité à chaque heure de la journée », selon un porte-parole de NRG interrogé par le WSJ.

A lire aussi :

Paul Hermelin : « L’IoT pousse Capgemini vers l’ingénierie »

GE choisit Paris pour exporter son IoT en Europe

Dossier : la stratégie IoT des grands acteurs IT


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur