Google – Alphabet : « do the right thing » remplace « don’t be evil »

GouvernanceRégulations
8 15 Donnez votre avis

La direction d’Alphabet révise à la baisse ses prétentions en matière de vertu et d’altruisme, en faisant une croix sur le « don’t be evil ».

C’est aujourd’hui que la société Alphabet va faire ses premiers pas sur le Nasdaq, sous les intitulés GOOG et GOOGL. Ce nouveau groupe comprendra de multiples filiales, dont Google. Sa création avait été annoncée dans le courant de l’été (voir à ce propos notre article « Le Nasdaq salue la transformation de Google en Alphabet »).

Le soufflé était rapidement retombé sur les marchés suite à cette annonce. Il est vrai que toutes les sociétés seront cotées sous la même bannière. Le nouveau Google, centré sur les activités les plus profitables du groupe, ne sera donc pas coté à part.

Avec cette nouvelle société, les créateurs de Google reprennent les rênes du groupe. Larry Page et Sergey Brin sont ainsi respectivement les CEO et président d’Alphabet. Quant à Eric Schmidt, il prend la tête du conseil d’administration du groupe. Une véritable prise de pouvoir de la part des anciens de Google.

Let’s be evil ?

Sous l’ère Alphabet, la disparition du slogan « don’t be evil » semble définitive. La société, qui se voulait un modèle de vertu, a en effet été entachée par diverses affaires d’optimisation fiscale, d’abus de position dominante, ou encore de suivi un peu trop poussé des internautes.

Le « don’t be evil » d’antan est aujourd’hui remplacé par « do the right thing », formulation plus subtile, qui devrait plus satisfaire les investisseurs que les utilisateurs.

À lire aussi :
Quiz – Google et Alphabet de A à Z
Google gère 2 milliards de lignes de code
Le soufflé Google / Alphabet retombe déjà sur le Nasdaq

Crédit photo : © Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur