CloudOS mobilesSmartphones

Google améliore Documents pour les smartphones

Google Docs mobile
0 0 Donnez votre avis

Editer ses documents Google en ligne depuis son smartphone ou son iPad sera prochainement possible. A condition de disposer d’Android 2.2 ou d’iOS 3.

Les applications en mode SaaS (Software as a service) poursuivent leurs évolutions vers les usages mobiles. C’est le cas, récent, pour Open Text autour de la gestion de contenus, notamment, mais aussi du côté de Mountain View. Google vient d’annoncer une évolution de sa suite bureautique en ligne Documents en vue d’un usage sur les smartphones et tablettes.

Certes on il est d’ores et déjà possible de consulter les documents stockés sur les serveurs de la firme depuis son terminal mobile. Le contenu des fichiers textes et tableurs, principalement, s’adaptent à la taille des écrans pour rendre lisibles (plus ou moins) les informations à son utilisateur. Mais l’application ne permet pas de les éditer pour les modifier.

C’est cette impossibilité que Google entend réformer. Sur son blog, la firme de Mountain View annonce que l’éditeur de Docs supporte désormais les terminaux mobiles. La fonction sera activée « dans les prochains jours », aux dires de l’architecte du premier moteur de recherche.

Editer ses documents, textes et tableurs, depuis son smartphone ou l’iPad, deviendra donc aussi simple que de noter aujourd’hui un rendez-vous dans Google Agenda (ce qui est déjà possible sous Android). Mieux, la version mobile de Google Docs reprendra la fonction de partage des fichiers de la version fixe afin de mettre en oeuvre le travail collaboratif en mobilité. Un bouton «Edit» apparaitra dans un coin de l’écran lors de l’affichage du document.

Dans un premier temps, seuls les comptes en anglais bénéficieront de la fonction d’édition. Celle-ci sera étendue aux autres langues au fil des mois. Autre impératif : disposer de la version 2.2 (Froyo) d’Android ou d’iOS 3.0 et supérieur chez Apple. Et Google Documents mobile sera, bien entendu, parfaitement supporté sur l’iPad, puisque accessible non pas sous forme d’une application mais depuis les navigateurs des smartphones. En ce sens, Google prend une petite avance sur Microsoft qui compte bien étendre aux terminaux mobiles, notamment ceux de Nokia (lire Symbian accueille les outils Office et Communicator Mobile son offre Office Web Apps.