Poste de travailVoIP

Google apporte voix et vidéo à Chrome

Web, WWW © Scanrail - Fotolia.com
12 13 1 commentaire

Grâce au WebRTC, il sera possible de gérer voix et vidéo en temps réel sur les navigateurs web sans plugin supplémentaire. Une technologie intégrée à Google Chrome et accessible sous licence open source, donc ouverte aux autres navigateurs du marché.

La dernière version alpha en date du navigateur web Google Chrome apporte une nouveauté d’importance : le support du WebRTC. Cette technologie permettra au logiciel de supporter la voix et la vidéo en temps réel, et ce, sans greffon complémentaire.

La version de Chrome dont il est question est disponible dans le canal de développement “Dev Channel”, précisent nos confrères d’ITespresso.fr. Afin d’activer WebRTC, il faut lancer Chrome avec le commutateur « –enable-media-stream ».

Basé sur les technologies de Global IP Solutions (société acquise par Google en 2010), WebRTC a été basculé en open source par Google mi-2011. Le groupe Internet compte sur un développement rapide de ce standard adoubé par le consortium W3C.

D’autres sociétés supportent WebRTC dans leurs navigateurs (Mozilla avec Firefox et Opera) grâce au framework rendu disponible en licence open source par la firme Internet de Moutain View. Les développeurs de Chromium (le projet de navigateur libre sur lequel reposent les développements de Chrome) peuvent également écrire des applications en mettant à profit ce standard.

Les premiers logiciels en pointe de mire

Des éditeurs s’attellent déjà à développer des applications exploitant ce nouveau standard. C’est le cas de PCCW, Polycom, Semens, Vehix.com et Vonage.

« Apporter des capacités de pointe à la fois vocale et vidéo dans le navigateur rend les choses plus faciles pour les développeurs web afin qu’ils intègrent les communications en temps réel dans leurs applications, commente Niklas Enborn, ingénieur logiciel chez Google, sur le blogue de Chromium. Au lieu de compter sur des plug-ins propriétaires, personnalisés et spécifiques à chaque OS, ils peuvent désormais facilement créer et maintenir leurs applications à l’aide de quelques simples API JavaScript et laisser le navigateur se charger du reste. »

Une véritable révolution pour les navigateurs qui devrait conforter leur place en tant que pivot central des environnements applicatifs de nouvelle génération.

Crédit photo : © Scanrail – Fotolia.com