Google Chrome va bloquer le contenu Flash dès décembre

NavigateursPoste de travail
5 7 Donnez votre avis

Chrome va lui aussi abandonner progressivement le greffon Flash. Le coup de frein le plus visible sera opéré en décembre, lors de la sortie de Chrome 55.

Le greffon Flash d’Adobe pourrait bien vivre ses derniers jours au sein du navigateur web Google Chrome.

« Adobe Flash Player a joué un rôle central dans l’adoption de la vidéo, des jeux et de l’animation sur le Web. Aujourd’hui, les sites utilisent généralement des technologies telles que le HTML5, vous offrant une meilleure sécurité, une consommation d’énergie réduite et un temps de chargement plus court. À l’avenir, Chrome va réduire l’utilisation de Flash en faveur du HTML5 » explique Anthony Laforge, technical program manager Chrome chez Google.

Avec l’arrivée du HTML5, des usages auparavant dévolus à Flash sont maintenant pris en charge directement par le navigateur web. C’est ainsi le cas des vidéos et d’un nombre croissant d’animations. Plus de 90 % du contenu Flash est aujourd’hui masqué aux yeux des internautes. Il est dédié à des actions d’analyse, comme le suivi des visiteurs d’une page web.

En septembre 2015, Chrome 42 introduisait une fonction permettant de mettre en pause du contenu Flash tiers. Une fonctionnalité qui restait toutefois inactive pour des éléments Flash invisibles à l’écran, ou de trop petite taille pour permettre l’inclusion d’un symbole de type « click-to-play ».

Blocage complet dès décembre

Chrome 53, prévu pour septembre, ira plus loin encore. Cette nouvelle version du navigateur web de Google bloquera d’office tout contenu Flash venant d’un autre site que celui visité. L’utilisateur pourra bien entendu débloquer ce contenu à tout moment.

En décembre, une nouvelle étape sera franchie avec Chrome 55, qui bloquera purement et simplement tout contenu Flash, excepté pour les sites entièrement écrits en Flash. Pour ces derniers, l’internaute se verra demander s’il souhaite ou non activer le greffon.

La migration du Flash vers le HTML5 s’accélère donc. Une aubaine pour Google. Rappelons que la firme propose sa propre version du greffon Flash avec Chrome. Une version que la firme doit porter sur toutes les plates-formes desktop où le butineur est présent : Windows, OS X et Linux, et ce en versions 32 bits et 64 bits. Gageons que Google aimerait bien pouvoir faire l’économie de ce travail de portage et de support.

Edge et Firefox s’éloignent aussi de Flash

Mountain View n’est pas seul à souhaiter abandonner Flash. Avec Edge, Microsoft propose un navigateur web qui ne supporte plus les greffons, hormis Adobe Flash, proposé en direct par Microsoft. Notons que le contenu Flash jugé secondaire est par défaut mis en pause dans la version d’Edge proposée au sein de Windows 10 Anniversary Update.

Chez Mozilla, les évolutions attendues pour Firefox et la mise au point de son successeur (le couple Servo+Browser.html) ne laissent que peu de place aux greffons. Sans compter que la Fondation doit compter sur la diligence d’Adobe pour proposer une version de Flash compatible avec Firefox. En mode 32 bits et 64 bits, sur trois plates-formes différentes : Windows, OS X et Linux.

Firefox devrait dès cette année bloquer le contenu Flash remplaçable par du HTML5 ou invisible aux yeux des utilisateurs. Il bloquera par défaut tout contenu Flash courant 2017. Une feuille de route similaire à celle de Chrome (voir l’article « Mozilla programme l’arrêt prochain de Flash dans Firefox »).

À lire aussi :
Chrome 53 : paiement et lecture de vidéos simplifiés sous Android
Chrome 52 lit les vidéos plus efficacement… sous Android
Le navigateur web Google Chrome 52 corrige ses failles


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur