Google s’empare de LaunchKit pour le développement mobile

AppsDéveloppeursMobilitéProjets
0 12 Donnez votre avis

Google a fait l’acquisition de LaunckKit, spécialement dans le développement mobile. Il fournit une boîte à outils pour les développeurs.

Un mois de juillet riche en acquisitions pour Google. Après avoir mis la main sur le français Moodstocks (reconnaissance visuelle d’objets) et l’américain Kifi (partage de liens dans les applications sociales), la firme de Mountain View s’offre LaunchKit.

La start-up basée à San Francisco travaillait, à l’origine, sur des applications grand public, essentiellement autour du partage de contenus : Daily Kiddo pour la vie quotidienne, Tripcast pour les voyages, Cluster pour les échanges en espaces privés…

Début 2015, elle avait lancé une « boîte à outils » pour les développeurs d’applications mobiles, avec quatre briques majeures : Screenshot Builder pour créer des images de présentation sur l’App Store et Google Play, App Website Builder pour créer des sites promotionnels, Review Monitor pour suivre les évaluations des utilisateurs et Sales Reporter pour se tenir informé des revenus générés.

Une offre exploitée sur le modèle freemium, avec une base gratuite et des options payantes. Par exemple, sur Screenshot Builder, l’export en PNG haute résolution, la sauvegarde de plusieurs dossiers de captures d’écran et la compatibilité avec les tablettes, le tout associé dans un abonnement à 19 dollars par mois. Ou sur App Website Builder, la possibilité, pour 9,99 dollars par mois et par site, de choisir le nom de domaine, de connecter Google Analytics et de retirer la marque LaunchKit.

Modes d’emploi

Principal dirigeant de la start-up, dont il est cofondateur avec Taylor Hugues (ex-YouTube) et Rizwan Sattar (près de 8 ans passés chez AOL), Brenden Mulligan a mis à jour son profil LinkedIn. Il pilote désormais, au sein de la division Developer Product de Google, Firebase Growth, qui n’est autre qu’une suite d’outils pour les développeurs, précise ITespresso.

L’offre de LaunchKit restera accessible pendant un an. Au-delà, il faudra nécessairement se tourner vers la communauté open source, à laquelle l’ensemble du code a été reversé avec, pour l’occasion, des modifications destinées à simplifier son exécution sur des systèmes compatibles avec l’environnement de développement Vagrant et l’outil d’orchestration Ansible.

Venmo, Ticketmaster, Disney, AutoDesk, Booking.com, Accenture, Adobe, Comcast, Etsy, Uber, Dropbox et Walmart font partie des références annoncées par LaunchKit, qui dit avoir aidé « plus de 50 000 développeurs » avec, en complément, des guides comme « Les bonnes pratiques pour gérer les permissions dans votre application », « Éviter d’être éjecté de l’App Store » ou « Recevez vos évaluations dans Slack ».

A lire aussi :

Google : forte croissance des demandes gouvernementales

Fiscalité : Google un contribuable anecdotique en France

Crédit Photo : Mcleck-Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur