Une hausse contrôlée des salaires IT en 2015

DSIProjetsRégulations
5 35 Donnez votre avis

Le cabinet Robert Half publie l’édition 2016 de son étude de rémunérations. Dans les systèmes d’information, le marché est prêt à payer au prix fort des profils de très haut niveau, mais il n’y a pas d’envolée incontrôlée des salaires IT, selon Fabrice Coudray de Robert Half Technologie.

Le cabinet de recrutement spécialisé Robert Half publie l’édition 2016 de sa grille des salaires bruts annuels moyens en France. L’enquête est basée sur une analyse des placements et entretiens de candidats effectués par Robert Half. Elle est complétée des retours de 200 DRH, 200 DAF et 100 DSI obtenus au cours de l’année 2015. Dans les systèmes d’information et le secteur numérique, la tendance sensiblement haussière des rémunérations IT se confirme, sans folie.

Les échelles salariales proposées sont des moyennes brutes annuelles qui peuvent varier selon les compétences et le niveau d’expérience du collaborateur, la taille de l’entreprise, sans oublier la zone géographique où l’employeur est installé. Dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et PACA, par exemple, les échelles salariales dans les SI et le digital sont inférieures de 10 à 15 % par rapport aux rémunérations annuelles comprises entre 50 000 et 80 000 euros à Paris et dans sa région. Au-delà de 80 000 euros bruts par an, en revanche, la tendance est à l’équivalence salariale entre ces régions.

Les DSI sont payés « au juste prix »

Pour cette édition 2016, le top 20 des salaires annuels bruts dans les systèmes d’information (infrastructure/développement) est le suivant :

  1. Directeur des systèmes d’information H/F (DSI de plus de 15 ans d’expérience) :
    entre 149 000 et 201 000 euros (+3,1 % en un an).
  2. Chief Data Officer (plus de 15 ans d’exp.) :
    entre 146 000 et 186 000 euros (+3,3 %).
  3. Directeur technique (plus de 15 ans d’exp.) :
    entre 113 000 et 136 000 euros (+3,6 %).
  4. Directeur études et développement (plus de 15 ans d’exp.) :
    entre 119 000 et 134 000 euros (+3,2 %).
  5. Responsable de domaine SI (de 10 à 15 ans d’exp.) :
    entre 105 000 et 132 000 euros (+1,3 %).
  6. Directeur de projets (plus de 15 ans d’exp.) :
    entre 109 000 et 125 000 euros (+0,9 %).
  7. Architecte logiciel (de 10 à 15 ans d’exp.) :
    entre 78 000 et 94 000 euros (+4,1 %).
  8. Architecte réseaux télécoms (de 10 à 15 ans d’exp.) :
    entre 70 900 et 90 500 euros (+1,6 %).
  9. Expert BI (de 5 à 10 ans d’exp.) :
    entre 55 000 et 91 000 euros (+2,1 %).
  10. Administrateur bases de données (de 5 à 10 ans d’exp.) :
    entre 55 500 et 85 500 euros (+1,3 %).
  11. Chef de projet MOA/AMOA/MOE (de 10 à 15 ans d’exp.) :
    entre 59 000 et 78 000 euros (+0,7 %).
  12. Chef de projet qualification logiciel / Test manager (de 10 à 15 ans d’exp.) :
    entre 64 000 et 75 000 euros (+ 1,5 %).
  13. Expert CRM (de 5 à 10 ans d’exp.) :
    entre 62 000 et 75 000 euros (+2,2 %).
  14. Ingénieur développement PHP, Java, J2EE, C++, .Net… (de 10 à 15 ans d’exp.) :
    entre 64 000 et 72 000 euros (+4,4 %).
  15. Administrateur systèmes et réseaux (de 10 à 15 ans d’exp.) :
    entre 55 000 et 67 000 euros (+3,4 %).
  16. Ingénieur développement mobile Android, iOS, Windows… (de 5 à 10 ans d’exp.) :
    entre 51 000 et 60 000 euros (+4,0 %).
  17. Gestionnaire bases de données (jusqu’à 3 ans d’exp.) :
    entre 33 000 et 37 000 euros (+3,3 %).
  18. Technicien support applicatif (jusqu’à 3 ans d’exp.) :
    entre 25 000 et 29 000 euros (+3,3 %).
  19. Technicien systèmes et réseaux (jusqu’à 3 ans d’exp.) :
    entre 20 500 et 27 000 euros (+3,3 %).
  20. Technicien helpdesk (jusqu’à 3 ans d’exp.) :
    entre 20 500 et 26 500 euros (+4,4 %).

La tendance positive va se poursuivre en 2016

Dans le « digital », quelques stars à forte culture marketing voient leur rémunération croître fortement (+ 15,4 % en un an pour un Chief Digital Officer doté de plus de 15 ans d’expérience). Les Chief Digital Officers du CAC 40 sont «  capables de faire muter des organisations importantes et complexes  », commente  Christophe de Bueil, division manager de Robert Half Technologie. « Il faut avoir du drive, être capable d’évoluer dans des environnements matriciels. Déployer cette vision, sans l’imposer, et surtout, susciter une adhésion collective forte », ajoute-t-il. Pour ces profils experts, le marché est prêt à payer le prix fort… Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne.

Dans les systèmes d’information, « les candidats sont payés au juste prix, pour leurs compétences réelles », explique à la rédaction Fabrice Coudray, directeur de Robert Half Technologie pour la France. « Pour les profils de très haut niveau, le marché est toujours prêt à payer la rareté, bien sûr. Mais il n’y a pas d’envolée générale et incontrôlée des salaires IT » en France où le chômage dans les métiers IT demeure élevé. Malgré les difficultés, la guerre des talents devrait maintenir à un niveau « équilibré » les rémunérations des professionnels du secteur en 2016.

Lire aussi :

Les salaires IT progressent un peu en France… et bondissent aux États-Unis !
Guerre des talents IT : l’innovation, arme des recruteurs
Sécurité des données et Chief Digital Officer dans le top des jobs en or

Crédit Photo : Ismagylov-Shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur