HardKernel livre son Odroid C1+, son tueur de Raspberry Pi 2

ComposantsPCPoste de travail
ODROID-C1+
13 4 3 commentaires

À 37 dollars, l’Odroid C1+ a tout pour concurrencer efficacement le Raspberry Pi 2. Il est plus performant, mais tout aussi abordable.

L’été a été très chargé pour le constructeur coréen HardKernel. Après l’Odroid-XU4, offre architecturée autour d’une puce ARM 8 cœurs Samsung (voir « Hardkernel livre une carte mère ARM 8 cœurs à 79 dollars »), c’est au tour de l’Odroid-C1+ se faire son apparition.

Techniquement, l’Odroid-C1+ est une évolution du C1 présenté fin 2014 (voir à ce propos l’article « Odroid-C1 : 35 $ pour un clone ultra rapide du Raspberry Pi »). Toutefois, certaines erreurs de jeunesse ont été corrigées : le port micro-HDMI se transforme en port HDMI classique ; le dissipateur thermique est inclus par défaut ; l’alimentation pourra se faire via le port micro-USB ; le support des cartes microSD est en progrès.

Le prix du C1+ est porté à 37 dollars, contre 35 dollars pour le C1. Un surcoût de 2 dollars largement compensé par les économies réalisables en connectique et accessoires (le dissipateur thermique était vendu 3,90 dollars).

Bon point, un connecteur I2S (Integrated Interchip Sound) est de la partie. Il permet de connecter un DAC audio tiers. Le C1+ HiFi Shield est ainsi proposé pour 39 dollars. Il supporte le 24/192, avec une distorsion réduite (-93 dB) et une dynamique étendue (plus de 100 dB). Une solution intéressante, mais qui ne sera malheureusement pas compatible avec les boîtiers du C1+ (distribués pour 4,50 dollars).

Chasser sur les terres du Pi

L’Odroid C1+ ne cache pas ses ambitions : se poser en alternative au Raspberry Pi 2, pour un prix et un encombrement similaires. Le processeur Amlogic S805 (4 cœurs ARM Cortex-A5 à 1,5 GHz) se montre environ 30 % plus rapide que le Broadcom BCM2836 (4 cœurs ARM Cortex-A7 à 900 MHz) du Raspberry Pi 2. Le GPU ARM Mali-450MP à 600 MHz est également très véloce.

Côté mémoire, le C1+ opte pour 1 Go de DDR3 à 792 MHz, contre 1 Go de DDR2 à 400 MHz pour le Pi 2, soit un gain d’environ 75 % en vitesse, selon les benchmarks de HardKernel.

Même avantage pour le stockage. Le port microSD est compatible UHS-1 et propose des débits mesurés comme 70 % plus rapides en lecture que ceux du Pi 2. Et il est possible d’opter pour un module eMMC. Les vitesses s’envolent alors, avec 62,2 Mo/s en lecture pour 25,1 Mo/s en écriture, soit respectivement 3,2 fois et 1,9 fois les résultats décrochés par le Pi 2.

Enfin, le C1+ dispose d’un port Ethernet Gigabit, géré directement par le processeur, alors que le Pi 2 doit se contenter d’un module Ethernet à 10/100 Mb/s connecté en mode USB. Les débits mesurés sont 6 à 9 fois supérieurs à ceux du concurrent britannique.

À lire aussi, notre dossier programmation Raspberry Pi :
Raspberry Pi et développement : Apprendre à programmer (épisode 1)
Raspberry Pi et développement : Java SE, first class citizen (épisode 2)
Raspberry Pi et développement : C/C++ à toutes les sauces (épisode 3)
Raspberry Pi et développement : du calcul au Big Data (épisode 4)
Raspberry Pi et développement : .NET, avec ou sans Windows (épisode 5)
Raspberry Pi et développement : un RAD nommé Xojo (épisode 6)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur