Ye Qing (Honor) : « Elargir le marché des smartphones à 300-400 euros »

MobilitéSmartphones
1 1 Donnez votre avis

Avec le Honor 8 à 400 euros, la marque de Huawei s’attaque aux modèles plus haut de gamme. Quitte à concurrencer les smartphones frappés de l’autre marque du groupe chinois.

En quelques heures, quatre précisément, 280 000 Honor 8 auraient été vendus après son lancement européen mercredi 23 août, a annoncé George Zhao, le président d’Honor, depuis Paris où était inauguré en grande pompe ce nouveau smartphone. Un succès qui ne se dément pas depuis l’arrivée sur le marché de la marque propriété de Huawei Consumer Business Group (qui détient également Huawei, l’autre marque phare du groupe dédiée aux terminaux mobiles). Depuis 2013, les ventes mondiales de la marque chinoise n’ont cessé de doubler chaque année jusqu’à atteindre 40 millions d’unités en 2015 (et 6 milliards de dollars de chiffre d’affaires). Et le Honor 8 ne devrait pas déroger à la tendance, contribuant ainsi à nourrir les 80 millions d’utilisateurs de terminaux Honor dans le monde.

Séduisant sur le papier

Honor 8
Un smartphone 5,2 pouces aux caractéristiques haut de gamme (octo processeur, 4 Go de RAM, 32 Go de flash…) pour moins de 400 euros

Car le smartphone est séduisant sur le papier. Processeur Kirin 950 octo-cœur (4 à 2,3 GHz et 4 à 1,8 GHz), doublé d’un coprocesseur i5 qui prend le relais en cas de faible utilisation du terminal pour économiser l’autonomie de la batterie de 3000 mAh (laquelle dépasserait la journée en usage soutenu), écran de 5,2 pouces en full HD (1920 x 1080 à 423 points par pouce), 4 Go de RAM, connectivité 4G, Wifi n bi-bande, Bluetooth 4.2, NFC, USB type C, capteur d’empreintes digitales 3D… Eva Wimmers, vice-présidente de la société, n’a pas manqué de mettre en avant la double caméra principale de 2 x 12 Mpx introduite avec le Honor 6 Plus (le même capteur couleur et noir & blanc que le P9 de Huawei conçu avec Leica, bien que la marque ne soit pas mise en avant chez Honor), en plus de la caméra frontale de 8 mégapixels (Mpx).

Sans oublier une nouvelle coque composée de 15 couches en verre qui permettent d’iriser la lumière qui s’y reflète. Du plus bel effet si l’on est sensible à ce genre de détails. Bref, une configuration qui tutoie les modèles haut de gamme mais à un tarif particulièrement agressif : 399 euros la version 32 Go de stockage et 449 euros le modèle 64 Go. Qu’il est possible d’étendre de 128 Go via une carte micro SD. Le tout sous Android 6.0 et la surcouche maison EMUI 4.1.

De quoi venir chatouiller les offres haut de gamme des concurrents Samsung, Apple ou même… Huawei. Les caractéristiques du Honor 8 collent en effet de près à celles du Huawei P9 lancé en avril. Ye Qing, qui a créé et dirige la structure Honor en France, s’en défend. Si « Honor et Huawei partagent la même plate-forme de développement, ils ont des stratégies commerciales différentes », nous explique-t-il. A Honor, les ‘digital natives’ avec une stratégie de ventes quasi-exclusivement en ligne et une communication qui s’appuie essentiellement sur le sponsoring et les réseaux sociaux. « 95% des commentaires postés sur la page Facebook de Honor obtiennent une réponse dans les 3 minutes », assure notre interlocuteur. Une réactivité qui permet à la marque de rester au plus près de ses utilisateurs et prospects. De son côté, « Huawei vise une segmentation plus large, parfois plus professionnelle et premium [que Honor] avec une distribution online et offline ». C’est cette économie de dépenses en communication et le choix de canaux de distribution plus directs qui permettent à Honor de compresser les prix, selon le dirigeant.

700% de croissance en France

Honor 8
Le Honor 8 reprend le double capteur photo hérité du Huawei P9 et introduit dans le Honor 6 Plus.

Une stratégie que Honor compte bien maintenir même s’il fait des incursions dans le monde offline, en signant des accords avec Darty et Bouygues Telecom. Une initiative qui vise à « apporter plus de bénéfices à nos clients, assure le responsable. Si 33 % de nos consommateurs s’appuient sur le Net pour choisir et acheter leur modèle, environ 30 % étudient la question en ligne et achètent chez les revendeurs physiques, car ils veulent pouvoir toucher le produit. C’est pourquoi nous inaugurons le modèle ‘online to offline’. Et les retours de nos partenaires nous permettent d’approfondir la connaissance de nos clients ». Honor attendra les résultats de cette initiative avant de l’élargir éventuellement vers de nouveaux partenaires « physiques ».

La France est particulièrement stratégique pour la marque. Elle constitue le meilleur marché européen et s’inscrit comme une référence pour les pays voisins, aux dires du vendeur chinois. Il y revendique 50 % des ventes en ligne sur la gamme 300-400 euros, autant pour les modèles entre 200-250 euros et un tiers sur les 150-200 euros. Si Ye Qing ne nous dévoilera pas les chiffres de ventes en France, il se réjouit d’annoncer que celles de 2015 ont progressé de plus de 700% par rapport à 2014. Et autant pour les 6 premiers mois de 2016 par rapport à la même période de 2015. La marque entend bien donner un coup de pied dans la fourmilière sur les segments plus haut de gamme. « Nous pensons qu’avec le Honor 8, nous allons étendre le marché du 300-400 euros, peu développé. C’est un produit meilleur que les modèles à 500, 600 voire 700 euros. » Quitte à venir concurrencer les ventes de l’autre marque du groupe Huawei… quoi qu’en dise le dirigeant de Honor France.


Lire également

À la peine, Huawei garde le cap sur ses ventes de smartphones en 2016
Smartphones : Samsung en hausse, Apple en baisse, la Chine en embuscade
Huawei va étoffer son réseau de points de vente pour booster ses smartphones


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur