HPE et Microsoft Azure, pour le business et pour l’hybride

CloudDSIEditeurs de logicielsIAASProjetsServeurs
4 9 Donnez votre avis

HPE a officialisé son union avec Microsoft pour placer Azure au centre de son offre de Cloud hybride, avec une offre d’hyper-convergence. La France et l’Europe mise plutôt sur une diversité des offres.

HPE a finalement déclaré sa flamme à Microsoft Azure pour l’offre IaaS de son Cloud hybride. Une annonce avait déjà été faite dans ce sens il y a quelques jours et le constructeur a profité de son évènement, Discover, à Londres pour donner plus de détails. A cette occasion, Satya Nadella en personne est intervenu lors d’une conférence pour expliquer l’intérêt d’un tel accord en rappelant la longue histoire commune entre les deux sociétés. « Il s’agit d’un aboutissement d’une très vielle relation en ouvrant Azure pour HPE », précise le dirigeant. La déclaration est plus explicite pour les dirigeants de HPE qui ont martelé dans les présentations que « la préférence » serait donnée systématiquement à Azure pour le IaaS.

La France plus réservée

« Une démarche logique, OpenStack est fait pour le Cloud privé, le rachat d’Eucalyptus a permis de nous ouvrir à AWS mais il n’était pas prévu d’aller plus loin. Enfin, sur Microsoft, cet accord permet d’avoir un plus grand choix pour nos clients », explique Bruno Buffenoir, vice-président commercial chez HPE. Un préambule pour éclaircir la stratégie de HPE en matière de Cloud devenue opaque après l’abandon du Cloud public Helion aux Etats-Unis et le rachat d’Eucalyptus qui laissait présager une proximité avec AWS. La délégation française emmenée par Gerald Karsenti, PDG de HPE France, prend néanmoins ses distances avec la notion de préférence de l’accord avec Microsoft. En effet, le marché français et plus largement européen, est monopolisé par le Cloud privé, un marché qui représente 1,2 milliard de dollars et HPE en détient 25%, souligne Gerald Karsenti. Si le cloud hybride est une tendance, elle reste pour l’instant marginale.

La France mise aussi sur l’initiative Cloud 28+, développé par Xavier Poisson qui regroupe plusieurs fournisseurs de services pour proposer un catalogue de services Cloud. Ce catalogue compte aujourd’hui 670 services et son ouverture effective interviendra le 10 décembre. Or cette initiative repose sur OpenStack ou plus exactement sur la version certifiée HP de la plateforme Open Source de Cloud. Gerald Karsenti, précise que « quand nos clients s’interrogent sur le Cloud, ils se retournent vers les intégrateurs ou leurs partenaires de proximité qui s’appuient sur des infrastructures et des services HPE, ils fournissent ensuite des solutions diverses dont Azure fait partie ». Une manière de comprendre que si l’offre Azure était nécessaire au portefeuille de HPE, elle n’est qu’un élément en plus dans le portefeuille de HPE.

Une première offre d’hyper-convergence

IMG_5114Il n’en demeure pas moins que le partenariat existe et que HPE a décidé de privilégier Azure au sein de ses offres. Première naissance issue de ce mariage, Hyper-Converged 250, une appliance configurée pour la plateforme IaaS de Microsoft. Sur le plan logiciel, HPE a adapté son outil de management OneView for Microsoft System Center. De même, l’appliance fonctionne avec Windows Service 2012 R2 et intègre l’Azure Pack (un ensemble de services comme le backup as a service, disaster recovery, etc). Sur le plan matériel, HC 250 est une appliance 2U capable d’embarquer jusqu’à 4 serveurs soit 16 nodes. Chaque nœud est double socket avec des processeurs Xeon d’Intel, épaulé par 512 Mo de mémoire, 2 ports de 10G et un mix en matière de stockage SSD ou SAS selon la configuration choisie. Cette démarche n’est pas sans rappeler l’accord passé entre Dell et Microsoft aussi sur la promotion d’Azure. La firme Texane avait à cette occasion présenté un système hyper convergé qui reprenait peu ou prou les canons déployés par HPE sur son HC 250. Le lancement de cette appliance est aussi à rapprocher de l’abandon de HP au projet Evo:Rail de VMware en mai dernier.

L’accord entre les deux parties prévoient la création d’un centre d’excellence Azure à Palo Alto, siège de HPE. Autre élément, HPE va certifier 5000 ingénieurs sur les technologies Azure dans les prochains mois. Meg Whitman a donc mis en ordre de bataille ses troupes pour conquérir les infrastructures hybrides et le Cloud ad hoc. Elle prévoit un chiffre d’affaires dans le Cloud de 3 milliards de dollars pour 2015 avec une croissance de 20%.

A lire aussi :

Synergy : HPE se lance dans l’infrastructure pilotée par le code
Résultats HP : HPE rassure, HP Inc. inquiète


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur