Quantcast
Réseau On-Demand

Comment Colt a apporté le Wi-Fi très haut débit sur les Champs-Elysées

shutterstock_244981045

A l’occasion de l’Euro 2016 de football, Colt a apporté le Wi-Fi gratuit sur la célèbre avenue parisienne. Son réseau en fibre optique gère jusqu’à 10 000 connexions simultanées en très haut débit. Retour sur un projet hors normes.

Les visiteurs de « la plus belle avenue du monde » méritaient bien d’avoir un Wi-Fi gratuit très haut débit. C’est chose faite depuis le 9 juin 2016. A la veille du démarrage de la célèbre compétition UEFA Euro à Paris, les supporters de football européens affluant vers la capitale ont pu expérimenter en primeur un réseau d’une couverture exceptionnelle sur les Champs-Elysées. 

Pour ce projet, JCDecaux, leader mondial de la fourniture de mobiliers urbains, s’est associé à Colt pour le réseau, à Ruckus pour les bornes Wi-Fi et à Hub One pour le pilotage du service.

Quelque 70 bornes d’accès sans fil, dont 56 placées sur les colonnes Morris, ont été installées le long des 1,5 km de la célèbre avenue. Pour les connecter, Colt a mis en œuvre un réseau optique LANLink de10 Gigabits, relié à ses deux datacenters parisiens. Cette infrastructure permet de gérer jusqu’à 10 000 connexions simultanées, à un débit moyen supérieur de 30 Mbit/s et des pics pouvant atteindre 200 Mbit/s.

Les cent millions de visiteurs annuels qui foulent le pavé des Champs-Elysées, dont 30 millions de touristes, bénéficient ainsi d’une qualité d’accès comparable à la fibre domestique.

Un projet hors normes, dans sa genèse comme dans sa réalisation, qui a fait intervenir un grand nombre d’acteurs (voir vidéo). Colt, qui installe la fibre optique à Paris depuis 1997, a pu s’appuyer sur sa proximité avec la Ville de Paris. L’opérateur avait aussi travaillé avec JCDecaux pour les municipalités d’Amsterdam et de Berlin.

« Une fois que le ‘go’ a été donné, il a fallu aller très vite’, se souvient Aaron Partouche, directeur business development de Colt. ‘Cela suppose d’avoir une bonne expérience de l’écosystème local et de travailler en confiance. »

 Le chantier a été, de fait, bouclé en un mois et demi. Alors que des projets comparables peuvent s’échelonner entre 6 et 9 mois en prenant en compte les délais d’obtention des autorisations de travaux.

Des contraintes techniques exceptionnelles

Au-delà de ce délai serré, l’opérateur a dû faire face à des contraintes techniques spécifiques. L’artère étant particulièrement touristique, Colt a limité les travaux de tranchée au maximum en exploitant les fourreaux existants. La couverture « outdoor » posait un autre défi.

« S’agissant d’un lieu ouvert, il a fallu tenir compte des perturbations extérieures comme la 4G et les autres connexions Wi-Fi. »

Pour Aaron Partouche, ce projet préfigure, d’une certaine manière, ce qu’apportera la 5G. A savoir répondre à une demande massive et localisée d’utilisateurs souhaitant accéder en même temps au même type de services. Une infrastructure robuste qui doit aussi répondre à la multiplication des objets connectés dans l’espace public.

Le projet des Champs Elysées s’inscrit dans une tendance de fond qui voit les grandes métropoles se doter de réseaux publics sans fil et à très haut débit. New-York a été la pionnière dans le domaine avec le service LinkNYC. Le quartier de la City à Londres propose également une telle connectivité. Et avec le programme WiFi4EU, la Commission européenne souhaite promouvoir le concept partout en Europe.

« Au regard de l’image haut de gamme et de la notoriété des Champs-Elysées, la qualité de service était un prérequis du comité », poursuit Aaron Partouche. Pas question donc de bâtir un réseau à moindre coût (xDSL), la fibre dédiée était la seule à même d’offrir un tel débit garanti. Ne supportant aucun autre trafic, le réseau privé de Colt s’adapte aussi aux hausses soudaines de consommation.

Du traditionnel défilé du 14 juillet à l’arrivée du Tour de France, les Champs-Elysées sont, de fait, le théâtre de grands événements qui voient sa population décupler en l’espace de quelques heures.

Indiscutablement, le rendez-vous des JO 2024 à Paris constitue la prochaine étape déterminante pour ce méga-hotspot urbain.