IBM Watson remplace des emplois dans les assurances

Big DataBusiness IntelligenceData & StockageM2MRéseaux

Une compagnie d’assurance japonaise a décidé de remplacer 30% de ses employés par Watson d’IBM. Un cas qui pourrait se multiplier au pays du Soleil Levant.

A l’heure où l’intelligence artificielle devient un enjeu pour beaucoup de sociétés, la question de la destruction d’emploi va devenir de plus en plus importante. Et ce mouvement ne va pas toucher simplement les ouvriers comme le cas de Foxconn qui va automatiser complètement certaines chaînes de production. Les cols blancs ne seront pas épargnés.

30% de salariés en moins

Ainsi, au Japon, la société Fukoku Mutual Life Insurance Co a annoncé le remplacement d’environ 30% de ses salariés du département des évaluations des paiements par l’informatique cognitive d’IBM Watson. La compagnie d’assurance prévoit de licencier 34 personnes d’ici la fin mars et 13 personnes ne verront pas le renouvellement des contrats. Le département comprend 131 collaborateurs.

Watson va donc être en charge de déterminer quelle somme verser pour chaque réclamation en fonction d’un certain nombre de critères, comme les antécédents médicaux de l’assuré, les opérations subies, le diagnostic et les ordonnances du médecin, etc. La décision finale sera soumise à approbation humaine, c’est-à-dire par les salariés restant dans le département ad hoc. Watson sera capable de dénicher les clauses spéciales des contrats d’assurance des clients pour éviter les oublis de paiement.

Fukoku Mutual Life Insurance Co a dépensé 200 millions de Yen (1,6 million d’euros) pour l’installation de Watson, plus 15 millions de Yen (120 000 euros) par an pour la maintenance. En supprimant 34 postes et en ne renouvelant pas certains contrats, la société estime économiser 140 millions de Yen (1,1 million d’euros) pour une productivité améliorée de 30%.

Les assurances nippones à fond dans l’IA

Au Japon, le cas de Fukoku Mutual Life Insurance Co n’est pas isolé. Comme l’indique le quotidien japonais, The Mainichi, Dai-ichi Life Insurance Co a basculé son évaluation de paiement sur Watson, mais sans casse sociale. Japan Post Insurance Co regarde pour installer Watson sur le même périmètre et doit mener un test en mars 2017. Enfin, Nippon Life Insurance Co utilise l’intelligence artificielle pour proposer la meilleure couverture individuelle en analysant une base de 40 millions de contrats d’assurance.

L’histoire des assurances n’est pas sans rappeler celle du fonds spéculatifs, Bridgewater Associates. Cette dernière a recruté des spécialistes et des ingénieurs pour créer des algorithmes capables de remplacer les managers de l’entreprise. 

A lire aussi :

Intelligence artificielle et pensée humaine, à un algorithme près ?

Einstein ouvre l’intelligence artificielle à tous, même aux métiers

Photo credit: Merrill College of Journalism Press Releases via Visual Hunt / CC BY-NC

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur