Infovista veut simplifier le SD-WAN avec Ipanema 9.1

Gestion des réseauxRéseaux

La nouvelle version de gestion des performances applicatives met l’accent sur la simplification de l’orchestration de réseau hybride.

Infovista livre ces jours-ci Ipanema 9.1. Cette dernière version de sa solution d’orchestration des performances applicatives met l’accent sur la simplification du déploiement et de la gestion des réseaux hybrides. Autrement dit, une version optimisée des technologies SD-WAN pour profiter au mieux de la capacité des différents réseaux à disposition. « Ce n’est pas simple de configurer les équipements et systèmes centralisés MPLS, WAN, Internet, mobile…, explique Sylvain Quartier responsable de la stratégie produits entreprise chez l’éditeur français. Avec la 9.1, nous avons eu la volonté de rendre l’applicatif sur l’analytique extrêmement visuel. »

Cela se traduit par de nouveaux rapports et analyses qui permettent de visualiser en temps réel, ou pas, les applications en usage sur le réseau afin de déterminer la meilleure politique de gestion selon les objectifs. « Jusqu’à présent, le client ne voyait la valeur du SD-WAN que quand il est débranché », schématise le responsable. Autrement dit, quand l’utilisateur ne bénéficie plus des services de routage automatiques pour tirer la quintessence de la valeur du réseau et subit des problèmes d’encombrements. Avec Ipanema 9.1, Infovista propose donc une transition vers le réseau hybride « afin d’aider le client à faire une politique de SD-WAN à façon ».

Jusqu’à plus de 2000 sites

Pour chaque site, la solution s’attache ainsi à découvrir automatiquement les applications du réseau, à en déterminer leurs performances afin de leur accorder une priorité en fonction des objectifs fixés à partir d’un routage automatisé du trafic selon la disponibilité de l’infrastructure. « Nous automatisons les connexions des entreprises et la gestion des pics de bande passante », assure Sylvain Quartier. Et cela de manière centralisée jusqu’à plus de 2000 sites. A titre d’exemple, Pôle Emploi, le plus gros client français d’Infovista, gère aujourd’hui plus de 1200 bureaux avec Ipanema. Pour en assurer la sécurité, Infovista préfère recourir à une architecture PoP (point de présence) via des datacenter plutôt que de s’appuyer sur du VPN à la volée (comme nombre de pure player de la Silicon Valley dont VeloCloud ou Viptela). Infovista place ainsi ses équipements chez des partenaires hébergeurs pour alimenter les PoP les plus proches des sites clients. Centraliser les liens permet d’éviter les connexions directes entre les sites avec toute la problématique de gestion du trafic à remonter jusqu’au siège central.

Tableau de bord d'Ipanema 9.1 sur les applications réseau.
Tableau de bord d’Ipanema 9.1 sur les applications réseau.

Autre particularité de cette itération de la solution d’orchestration du réseau : le support des box Internet grand public dans un réseau d’entreprise. Celles-ci peuvent apporter des capacités supplémentaires à peu de frais. « Un grand compte qui veut compléter ses 500 sites sans investir dans la sécurité pourra se tourner vers une offre Internet grand public », assure le porte-parole d’Infovista. Au risque d’attirer l’ire des opérateurs, clients historiques d’Infovista et, aujourd’hui, ses partenaires distributeurs, qui préfèrent y placer leurs routeurs d’entreprise.

Ipanema virtualisé pour KVM

Signalons également qu’Infovista a élargit la version virtualisée d’Ipanema pour KVM en plus de VMware. « A la demande de British Telecom », précise Sylvain Quartier. Qui n’est cependant pas complètement convaincu par l’intégration des solutions entièrement virtualisées sur un unique système au sein des entreprises. « C’est un domaine assez sensible qui doit intégrer les vCPE [équipement réseau virtualisé installé chez le client, NDLR] et le chainer avec les fonctions, firewall, Ipanema, etc., justifie notre interlocuteur. D’ailleurs, les entreprises préfèrent multiplier les boîtiers fonctionnels plus facile à gérer et changer en cas de panne ». Sur ce point, Ipanema est d’ailleurs en mesure de prendre le relais, le temps de remplacer le boitier défaillant. « La séparation des fonctionnalités est demandée par les entreprises. » Preuve en est : « Nous n’avons jamais vendu autant de boîtes qu’au dernier trimestre », se réjouit Sylvain Quartier.

Créé il y a une vingtaine d’années dans l’optimisation des performances réseau des opérateurs, Infovista en compte aujourd’hui 400 dans son portefeuille clients. Soit la moitié des opérateurs de la planète. Une position que l’éditeur entend consolider tout en accélérant son développement sur les marchés, en croissance, des entreprises aux profils grands comptes de préférence. Une évolution accélérée en 2015 avec l’acquisition d’Ipanema. Ce qui a permis à l’entreprise de doubler son chiffre d’affaires à 200 millions d’euros en 2016 et de compter aujourd’hui plus de 600 clients entreprises récurrents (sur 1700 au total) dans 160 pays. En août 2016, Infovista a élargi ses compétences réseau vers la connectivité mobile en rachetant Tems, une filiale d’Ericsson spécialisé en technologies 5G et Internet des objets (IoT). Sur ce dernier point, Infovista travaille également avec Sigfox dans la mesure de connexion des objets. Un nouveau terrain de développement en perspective.


Lire également
Les trois avantages du SD-WAN selon Verizon
Les entreprises françaises s’intéressent au SD-WAN… sans le savoir
Le SD-WAN adopté par 98% des entreprises dans deux ans

crédit photo © nopporn – shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur