Inondations : la situation est « sous contrôle », dit Bouygues Telecom

CloudDatacentersOperateursPolitique de sécuritéRéseauxSécurité
3 54 1 commentaire

La montée des eaux a contraint Bouygues à désinstaller certains de ses équipements. La situation exceptionnelle générée par les crues est prise en charge par une cellule de crise que vient de monter l’opérateur.

Alors que le niveau de l’eau doit atteindre son point culminant aujourd’hui à Paris (avec 6,20 mètres au pont d’Austerlitz, soit sensiblement plus que la précédente prévision, datant d’hier), Silicon.fr a interviewé Jean-Bastien Guiral, le directeur du réseau Ile-de-France de Bouygues Telecom. Il fait le point sur les impacts d’événements exceptionnels de ce type sur un opérateur télécom.

Silicon.fr : Quelle organisation avez-vous établie pour suivre les impacts éventuels des inondations sur votre réseau ?

GuiralJean-Bastien Guiral : Une cellule de crise a été activée depuis mercredi matin afin de suivre l’évolution de la situation et anticiper les éventuels impacts sur nos équipements. Nous effectuons deux points de la situation par jour. Notre participation à Sequana (l’exercice de gestion de crise organisée en mars dernier par la Préfecture de police de Paris anticipant une crue exceptionnelle de la Seine, NDLR) nous rend plus confiants dans nos processus internes ; nous mettons en pratique ce que nous avions alors rodé.

Quels sont les principaux impacts des crues sur le réseau de Bouygues Telecom ?

J.-B.G. : A date, quelques sites sont hors-service, dans la Seine-et-Marne et le Loiret, le plus souvent en raison de pannes d’électricité et non parce qu’ils sont inondés. Nous sommes par ailleurs intervenus dans deux tunnels parisiens où nous avons démonté, par anticipation, des baies radio assurant la couverture mobile dans ces installations. C’est d’ailleurs ainsi que nous tentons de travailler partout, tant sur le réseau fixe que mobile : en démontant les installations avant qu’elles ne soient touchées par la montée des eaux, nous pouvons assurer une reprise plus rapide des services lorsque s’amorce la décrue. L’objectif est d’éviter ce que nous avions vécu sur la Côte d’Azur en octobre dernier, où la violence des inondations n’avait pas permis d’agir préventivement. Nous avons également, par endroit, installé des protections physiques autour de nos équipements ou ajouté des groupes électrogènes.

Par contre, la fermeture du RER C parisien n’a pas eu d’impact pour nous, puisque cette ligne n’est pas encore couverte par nos réseaux mobiles. Hasard du calendrier, nous venons de signer jeudi matin une convention en ce sens avec la RATP.

Pour un opérateur comme Bouygues Telecom, où résident les principaux risques liés aux inondations ?

J.-B.G. : Sur les sites d’émission/réception d’abord. Et, d’un autre côté, sur les gros datacenters de notre réseau. Sur tous ces sites, nous avons organisé des rondes de nuit assurées par nos collaborateurs pour surveiller la montée des eaux. Concernant plus spécifiquement notre datacenter de Nanterre, le principal risque réside dans une coupure d’électricité, même si un site de ce type bénéficie évidemment d’une double alimentation électrique. Mais, même dans l’hypothèse où l’électricité était coupée, le datacenter serait alimenté par les groupes électrogènes, avec une autonomie d’une semaine. Ce site est par ailleurs classé point d’importance vitale par les autorités et bénéficierait, en cas de crise majeure, d’autorisations spécifiques pour des livraisons de fuel.

A lire aussi :

Crue de la Seine : quelles conséquences pour l’économie numérique ?

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur