Intel boucle le rachat d’Altera et veut mettre des FPGA partout

CloudComposantsPoste de travailServeurs
4 3 Donnez votre avis

Altera pilote une nouvelle division d’Intel, le Programmable Solutions Group, qui travaillera à la fois dans le secteur des datacenters et celui de l’électronique embarquée.

Intel vient tout juste de finaliser le rachat d’Altera, annoncé en juin 2015, pour un montant de 54 dollars par action, soit environ 16,7 milliards de dollars. Le géant des semi-conducteurs a dévoilé ses plans concernant le monde des composants reprogrammables, les FPGA, dont Altera est un des leaders.

La société s’activera chez Intel au sein d’une nouvelle entité, le Programmable Solutions Group (PSG), mené par Dan McNamara, une des figures emblématiques d’Altera (dont il était le vice-président responsable de la division embarquée). Toutes les gammes actuelles de la société seront maintenues, même si nous pouvons d’ores et déjà prédire que les puces alliant des cœurs ARM à des FPGA devraient petit à petit disparaître.

Le PSG va se rapprocher du Data Center Group. L’objectif est ici de finaliser l’intégration de FPGA dans les futures puces Xeon pour datacenters d’Intel. Une évolution stratégique pour la firme, qui fera ainsi monter ses composants en gamme, les éloignant de la menace grandissante des SoC ARM dédiés au monde des serveurs.

Des SoC Quark + FPGA ?

Les FPGA devraient également s’inviter dans le monde de l’électronique embarquée et des objets connectés, via l’IoT Group, qui travaillera lui aussi avec le Programmable Solutions Group. Une concurrence directe pour les SoC ARM + FPGA d’Altera.

Brian Krzanich, CEO d’Intel, explique souhaiter apporter un coup de boost au développement des FPGA, en leur appliquant les principes de la loi de Moore, à savoir une croissance rapide de la puissance de ces composants. À cet effet, les FPGA pourront bénéficier de l’outil industriel d’Intel, l’un des plus efficaces de la planète en termes de finesse de gravure. De nouveaux usages pourraient apparaître, dans le secteur des voitures autonome ou du machine learning.

À lire aussi :
Intel s’offre les puces reprogrammables d’Altera pour 16,7 milliards de dollars
Intel sortira des Xeon à FPGA intégré début 2016
Supercalculateurs : JP Morgan tourne aux FPGA


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur