IA et emploi : les Pdg d’IBM et Microsoft tentent de dédramatiser à Davos

Editeurs de logicielsGouvernanceProjetsRégulations

Les CEO d’IBM, Microsoft s’expriment sur le sujet crucial de l’IA et son impact possible sur le marché de l’emploi.

L’émergence de techniques d’intelligence artificielle inquiète de nombreuses personnes. Loin des clichés à la Terminator, certains redoutent un impact fort sur l’emploi, lié à l’adoption massive d’agents intelligents.

Et les derniers propos du patron de Salesforce sur CNBC ne sont pas très rassurants. « Beaucoup de gens ne réalisent pas combien l’IA est déjà profondément enracinée dans nombre d’applications, explique Marc Benioff. La technologie a toujours supprimé des emplois, mais nous pouvons espérer qu’elle crée des emplois aussi. C’est ce que nous appelons la productivité. »

Dans le cadre de la conférence DLD de Munich, Satya Nadella, CEO de Microsoft, promet un boom de l’IA dès cette année. « Cette année et la prochaine seront la clé de la démocratisation de l’AI ». Mais dans une optique d’amélioration du travail, pas de remplacement des employés. « Le besoin fondamental de chaque personne est de pouvoir utiliser son temps plus efficacement, pas de s’entendre dire « laissez-nous vous remplacer ». »

IBM et Microsoft partagent une même ligne sur l’IA

Au cours d’une table ronde organisée dans le cadre du forum économique mondial de Davos, Ginny Rometty et Satya Nadella ont abordé ensemble le sujet de l’IA. La patronne d’IBM met en avant les principes de base à adopter pour son développement : aider les travailleurs et non les remplacer ; être transparent quant à l’utilisation de l’intelligence artificielle ; former les personnes à l’utilisation des technologies cognitives.

« Il y a des chances que certains emplois soient remplacés, mais la plupart d’entre nous travailleront sur ces systèmes », assure Ginny Rometty. A mots couverts, la tête pensante d’IBM admet qu’il y aura bien effectivement une perte nette côté emploi en bout de chaîne. De la même façon que l’émergence de la robotique dans l’industrie a mené à une baisse des postes disponibles, malgré la création de nouveaux métiers (opérateurs, personnel de maintenance, production des machines-outils, ingénieurs chargés de leur conception, etc.).

À lire aussi :
Microsoft se renforce dans le deep learning avec Maluuba
Union sacrée des GAFA autour de l’Intelligence Artificielle
Google met de l’intelligence artificielle dans son traducteur

Crédit photo : © agsandrew – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur