MobilitéRéseaux

L’internet mobile compte pour 10 % du web mondial

L'internet mobile compte pour 10% du web mondial | Silicon
5 26 Donnez votre avis

Une connexion sur 10 à Internet se fait aujourd’hui depuis un terminal mobile. Des taux poussés par les usages des pays émergents.

L’Internet mobile explose à l’échelle mondiale. Il est passé de 3,81 % en 2010 à 10,01 % en 2012 selon Pingdom, une société de services spécialisée en veille de sites web. Soit une croissance quasiment multipliée par 3 en à peine deux ans.

Une moyenne qui cache de grandes disparités puisque dans certains pays, l’usage du téléphone pour consulter les pages web dépasse les 50 %. Il en va ainsi en Afrique où les habitants du Zimbabwe et du Nigeria privilégient le mobile pour 58,06 % et 57,89 % des usages Internet respectivement. L’Asie s’en approche également, notamment l’Inde avec plus de 48 % des usages. « La part du trafic web qui vient des mobiles en Asie a quasiment triplé ces deux dernières années », énonce le prestataire.

À peine 5 % pour l’Europe

L'usage du web mobile explose | SiliconCes continents bénéficient donc de taux d’usage des téléphones mobiles pour surfer sur le web plus élevés que la moyenne avec 14,85 % pour l’Afrique et 17,84 % pour l’Asie (le chiffre le plus élevé du classement). L’Europe n’est pas en reste avec une poussée des usages mobiles de plus de 183 % sur la période étudiée. Mais partant de très bas (1,81 % en 2010), le vieux continent ne compte que 5,13 % des consultations web depuis un terminal mobile. Alors que les États-Unis se situent à 7,96 % pour une croissance de « seulement » 69 %. Avec ses 7,55 %, même l’Océanie privilégie plus l’Internet mobile que l’Europe. Seule l’Amérique du Sud reste en retrait : 2,86 %.

Si Pingdom se contente de constater les évolutions sans chercher à en expliquer la tendance, il semble évident que l’usage du web mobile est porté, pour ne pas dire poussé, par les infrastructures sans fil généralement plus développées que les réseaux filaires dans les pays en développement. Le coût, toujours plus accessible, des terminaux mobiles, faisant le reste. Et même si les téléphones de base (feature phones) constituent toujours la majorité du marché, les services d’accès au Net s’y multiplient, à l’image des modèles Asha proposés par Nokia.