L’Internet russe prêt à ériger des frontières

Data & StockageRégulationsRéseauxSurveillance
2 44 2 commentaires

La Russie prévoit de contrôler davantage la partie russe du réseau Internet et son trafic, y compris l’activité des serveurs DNS et l’attribution des adresses IP.

L’an dernier, la Russie a annoncé l’entrée en vigueur d’une loi obligeant toute organisation détenant des données de citoyens russes à les stocker sur des serveurs se trouvant physiquement sur le territoire russe. Cette année, un autre projet de loi concocté par le ministère russe des communications, prévoit la création d’un système de surveillance du trafic Internet, y compris l’activité des serveurs DNS (système de noms de domaine) et l’attribution des adresses IP.

Le texte, dont le journal Vedomosti s’est fait l’écho, vise à réguler « la partie russe du réseau Internet ». Et ce officiellement pour renforcer la protection de l’Internet russe face aux cyberattaques. Le projet implique aussi la surveillance du trafic Internet transfrontalier, en s’appuyant notamment sur le système SORM (système pour activité d’enquête opératoire). Reste à savoir si la Russie a les moyens de faire appliquer de telles restrictions, dont elle devra mesurer l’impact économique.

Réseau de réseaux

Dave Allen, vice-président et avocat général de Dyn, un spécialiste de la performance réseau basé dans le New Hampshire, aux États-Unis, a publié une tribune sur le sujet dans Venturebeat. Allen observe qu’une grande partie du trafic Internet russe dépend actuellement beaucoup de pays avec lesquels la Russie entretient des relations compliquées, voire conflictuelles.

Les données partagées de Moscou à Saint-Pétersbourg par un abonné de l’opérateur mobile russe MegaFon, par exemple, transitent 9 fois sur 10 par Kiev, en Ukraine, selon lui. Et plus de 40 % des données qui passent par le réseau de MTS, le premier opérateur mobile russe, pour aller aussi à Saint-Pétersbourg, transiteraient par Amsterdam aux Pays-Bas et par Francfort en Allemagne.

La tendance se vérifie auprès d’entreprises publiques : ainsi, plus de 85 % des données transmises de Moscou vers Saint-Pétersbourg par TransTelekom, filiale de la Compagnie des chemins de fer russes, passeraient par Francfort. Et la plupart des données qui quittent la Russie, selon Dave Allen, passent par le backbone RETN, qui a des points de présence en Europe centrale et orientale.

Localisation de données

Les mesures de renforcement de la protection des données russes s’appliquent à toutes les entreprises ayant une activité dans le pays. L’an dernier, le régulateur russe Roskomnadzor a mené un audit auprès de 317 sociétés et administrations. Il a estimé que 2 étaient dans l’illégalité. L’audit pourrait être étendu cette année à d’autres grands groupes, dont Microsoft, HPE et Citibank.

Pour que les données puissent être transférées temporairement à l’étranger, une protection « adéquate » de ces données doit exister. L’Ukraine, l’Allemagne et les Pays-Bas ont signé une convention sur le traitement automatisé de données personnelles qui semble satisfaire cette condition. En revanche, le doute persiste sur le chiffrement. Le gouvernement russe, comme d’autres, envisage de l’affaiblir pour donner plus de marge de manoeuvre à ses services de renseignement.

D’autres pays ont fait des propositions en faveur de la localisation de données. En France, un amendement qui prévoyait l’interdiction de traitement de données personnelles stockées hors d’un État membre de l’Union européenne, a finalement été écarté du projet de loi République numérique.

Lire aussi :

La Russie prête à fragiliser le chiffrement de messageries ?
Russie : les entreprises face au défi des données personnelles

crédit photo © Duc Dao / Shutterstock.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur