IoT : Colas Rail prend le train LoRa de Bouygues Telecom

DSIM2MMobilitéOperateursProjetsRéseauxSécurité
6 146 Donnez votre avis

Colas Rail mise sur les objets connectés et le réseau LoRa de Bouygues Telecom pour améliorer l’efficacité de ses interventions sur les réseaux ferrés. Leur développement se porte ainsi sur trois axes : Infrastructure ferroviaire, matériel roulant et matériel de chantier.

« L’objet connecté est l’un des grands thèmes d’innovation pour Colas Rail en 2016 » affirme Vincent Viallet, responsable de la direction de l’innovation de Colas Rail. Pour cette filiale de Colas dédiée aux travaux ferroviaires, l’objet connecté est une piste de recherche dans de multiples domaines. Le premier, c’est celui de l’infrastructure. Un chantier pilote réalisé avec la SNCF en octobre dernier a montré la faisabilité de transformer les éclisses en objet connecté. L’éclisse est la pièce de métal qui unit mécaniquement deux rails bout à bout.

L’idée des ingénieurs de Colas Rail est de placer une rondelle connectée au niveau du serrage de l’éclisse. Chaque jour, la rondelle transmet une donnée sur son niveau de serrage à un serveur central qui historise cette information. « Cela présente deux intérêts. D’une part une alerte peut être générée en temps réel en cas de rupture de l’élément de serrage, d’autre part nous pouvons créer des courbes de tendance de serrage et ainsi planifier nos opérations de maintenance sur zone. Tout l’intérêt du réseau LoRa déployé par Bouygues Telecom, c’est d’avoir un très faible coût énergétique. Cela nous a permis de mettre au point des rondelles autonomes sur plusieurs années, se plaçant dans l’intervalle entre deux démontages réglementaires de l’éclisse. »

Les éclisses connectées ont déjà fait l'objet d'un chantier pilote réalisé avec la SNCF en octobre dernier qui a prouvé la validité du concept.
Les éclisses connectées ont déjà fait l’objet d’un chantier pilote réalisé avec la SNCF en octobre dernier qui a prouvé la validité du concept.

La nécessité de chiffrer les données

Filiale du groupe Bouygues, Colas Rail a naturellement fait le choix du réseau LoRa déployé par Bouygues Telecom, mais Vincent Viallet souligne un point clé qui motive ce choix par rapport au réseau à basse consommation concurrent, Sigfox : « La sureté et la sécurité sont des paramètres extrêmement importants dans le monde du ferroviaire. Sigfox a pris le parti de ne pas crypter les données, considérant que les données portées par leur réseau seront noyées dans la masse des données des autres objets connectés. Ne pas chiffrer les données techniques du réseau ferré pose un problème de sureté de fonctionnement dans le monde du ferroviaire. »

Autre piste de recherche pour Colas Rail, l’équipement du matériel roulant. Tout comme la SNCF, Colas Rail doit pouvoir suivre le positionnement de ses wagons sur le réseau ferroviaire notamment afin d’en optimiser le taux d’utilisation, mais l’ambition de Vincent Viallet va au delà. « Nous voulons développer un système qui va géolocaliser nos wagons et permettre d’assurer leur suivi réglementaire. Ce système devra en outre assurer une détection de déraillement afin d’éviter tout sur-accident et enfin intégrer des détecteurs de boîtes chaudes. » Dans le vocabulaire ferroviaire, une « boîte chaude » correspond à l’apparition d’un problème de lubrification sur les roulements des boîtes d’essieux du wagon, problème qui peut conduire à la destruction de la boîte d’essieu entrainant un déraillement. Il convient donc de repérer très rapidement ce phénomène afin de prendre les mesures nécessaires le plus rapidement possible avant que le dysfonctionnement ne s’aggrave.

Maintenance des engins de chantiers et casque connecté

Enfin, si Colas Rail a déjà équipé ses équipements lourds comme les locomotives, bourreuses et autres pelles rail/route, de boitiers télématiques, Vincent Viallet souhaite désormais équiper les petits matériels de chantier d’un boitier de suivi LoRa. « Nous développons, en partenariat, des petits modules connectés qui comporteront 1 ou plusieurs capteurs adaptés à l’outil. Température, mouvements, chocs, nous allons pouvoir ainsi suivre la vie de l’outil. Le boitier comportera également un bouton d’acquittement qui sera activé en atelier pour garder trace de sa maintenance et des contrôles réglementaires. » Savoir où sont les outils, s’ils sont effectivement utilisés et quel est leur état d’usure est précieux. Optimiser l’utilisation des outils tout en garantissant la sureté de réalisation des chantiers est une source d’efficacité et d’économies potentielles à ne pas négliger. Colas Rail va commencer l’expérimentation de ces outils connectés au printemps 2016 sur 250 outils mais potentiellement, ce sont 10 000 outils qui pourraient se voir équipés d’une puce de communication.

Colas Rail - Oscar
Oscar 2.0, le casque de chantier de nouvelle génération de Colas Rail sera un casque connecté dès sa prochaine version, attendue pour 2017.

Enfin, Colas Rail a commencé à déployer au sein de ses agences travaux, les casques de chantier de nouvelle génération Oscar 2.0. Ceux-ci disposent d’un indicateur de présence de courant alternatif, d’une fonction éclairage adaptatif, une fonction particulièrement importante quand on sait qu’une bonne part des travaux réalisés sur les voies le sont de nuit. Une fonction radio permet aux membres d’une équipe de communiquer. La prochaine version du casque, encore en cours d’études, pourrait disposer d’un équipement qui signalera automatiquement la présence du personnel sur les voies aux conducteurs d’engins, d’une connexion Bluetooth ou encore d’un retour de l’annonce des trains croiseurs. Cette version connectée devrait être présentée en 2017.

A lire aussi :

IoT : FFly4U, une nouvelle ère connectée pour la supply chain
IoT : le bouchon connecté de ProtectFuel comme anti-fraude à l’essence