IoT : un PC Intel pour… 13,5 euros

ComposantsDéveloppeursPoste de travailProjets
3 29 Donnez votre avis

Pour l’IoT, Intel dévoile un kit de développement intégrant une carte-mère basée sur sa puce basse consommation Quark. Le fondeur est à la lutte pour contrecarrer la domination d’ARM sur ce marché.

C’est probablement le PC Intel le moins cher à avoir jamais vu le jour. Conçu pour les développeurs, plus spécifiquement pour le segment de l’IoT, le Quark Microcontroller Developer Kit D2000 est en effet proposé au tarif de 15 dollars, soit 13,5 euros (chez Mouser Electronics par exemple). Cette carte-mère, regroupant tous les composants de la machine et pleinement compatible avec le jeu d’instructions x86, peut être employée pour développer des gadgets, des équipements industriels, des wearables ou autres applications de l’IoT. Le kit peut en effet être raccordé à différents types de capteurs.

Destinée à la communauté des makers et aux équipes de R&D des entreprises, la carte-mère, compatible avec les spécifications de l’Arduino Uno, vise, au même titre que des initiatives précédentes du fondeur, à replacer le géant des microprocesseurs sur ce marché où dominent les designs basés sur ARM. C’est ainsi que le Raspberry Pi s’est taillé un certain succès sur le marché, même si les spécifications du dernier modèle, le Raspberry Pi 3, se rapprochent des besoins d’un utilisateur desktop.

Intel fournit un IDE dérivé d’Eclipse

Avec le Quark Microcontroller Developer Kit D2000, la démarche est toute autre et entend se limiter aux besoins de l’embarqué. La carte accueille un micro-processeur Quark 32 bits cadencé à 32 MHz, de la mémoire Flash, un port USB 2.0 ainsi qu’un accéléromètre et magnétomètre à six axes couplé à un capteur de température. La machine peut être alimentée via une batterie (un port est prévu à cet effet) ou par une alimentation de 5 V. Intel fournit également un kit de développement, un IDE dérivé d’Eclipse.

Rappelons que le design de processeurs Quark, dévoilé par Intel fin 2013, combine miniaturisation – la surface de la première déclinaison était 5 fois plus petite que celle d’un cœur Atom Silvermont – et faible consommation énergétique.

A lire aussi :

Une carte mère Arduino avec microcontrôleur Intel

Galileo : Intel revisite la carte Arduino avec son SoC Quark X1000

Et notre dossier sur le développement avec le Raspberry Pi :

Raspberry Pi et développement : Apprendre à programmer (épisode 1)
Raspberry Pi et développement : Java SE, first class citizen (épisode 2)
Raspberry Pi et développement : C/C++ à toutes les sauces (épisode 3)
Raspberry Pi et développement : du calcul au Big Data (épisode 4)
Raspberry Pi et développement : .NET, avec ou sans Windows (épisode 5)
Raspberry Pi et développement : un RAD nommé Xojo (épisode 6)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur