Télégrammes : L’iPhone inspiré par une mésentente, Antonio Neri président de HPE, Altice au NYSE, Bug Bounty permanent pour Edge

MobilitéNavigateursOperateursPolitique de sécuritéPoste de travailRégulationsRéseauxSécuritéSmartphones

Encore quelques heures à attendre avant la baisse (espérée) des températures. D’ici là, il est temps de lire les télégrammes du soir.

Une mésentente à l’origine de l’iPhone. Steve Jobs ne supportait pas l’arrogance d’une personne chez Microsoft, a expliqué Scott Forstall, ancien responsable de l’équipe iOS chez Apple, lors d’une conférence au Computer History Museum. Cette personne, dont on ne connaît pas le nom, était le mari d’une amie de sa femme. Il avait pour habitude de faire le panégyrique des solutions Microsoft, notamment des tablettes et du stylet. Selon Fortsall, « chaque fois qu’ils avaient une discussion,  il en revenait énervé ». Or le fondateur d’Apple travaillait lui aussi sur le concept d’une tablette (qui pouvait se convertir en téléphone ) et il n’était pas impressionné par les efforts de Microsoft. Il ne voulait pas d’écran tactile résistif comme sur les terminaux de Redmond, souhaitant plutôt un écran multitouch, mais surtout il abhorrait le stylet. « Vous n’avez pas à utiliser un stylet, vous disposez déjà de 10 stylets », scandait Steve Jobs. Au final, le dirigeant a abandonné l’idée de tablette pour se concentrer sur l’iPhone.

Altice entre au NYSE. Moment de consécration pour Patrick Drahi, le patron d’Altice, à qui est revenu le droit de sonner la cloche à la bourse de New York à l’occasion de l’introduction de sa filiale américaine, Altice USA, sur le marché.  Les 63,9 millions de titres de cette société spécialisée dans le câble, fruit des rachats de Cablevision et de Suddenlink par l’homme d’affaires franco-israélien, ont été bien accueillis par les marchés. Moins d’une heure après son introduction en bourse, l’action gagnait 6,27 % à 31,88 dollars. Avec cette opération – la seconde plus importante IPO de l’année derrière celle de Snapchat -, Altice devrait lever 1,9 milliard de dollars, mais une grande partie de cet argent retournera à deux investisseurs qui ont décidé de se retirer du capital. Même si la société est désormais publique, Patrick Drahi en contrôle toujours 70 % du capital et 98 % des droits de vote. Cette entrée en bourse doit permettre au groupe d’accélérer son désendettement, mais aussi de lorgner vers de nouvelles acquisitions. En avril, des sources bancaires indiquaient à l’AFP que Patrick Drahi s’intéressait aux activités câble de Verizon, mais aussi à Cox et Mediacom, deux autres câblo-opérateurs. Altice USA, actuellement présent dans une vingtaine d’Etats américains, est quatrième sur le marché américain avec un total de 4,9 millions de clients.

Antonio Neri prend la présidence de HPE. Le senior vice-président et directeur général de l’Enterprise Group de HPE prend du galon en étant nommé président exécutif de Hewlett Packard Enterprise à la place de Meg Whitmann. Cette dernière garde le titre de CEO et donc les rênes de l’entreprise. C’est un fidèle qui est récompensé. Antonio Neri était avant la scission en charge des divisions serveurs et réseaux. A son nouveau poste, il va être en charge de la mise en place du nouveau plan stratégique de la firme, Next, visant à optimiser et rationaliser le portefeuille de l’entreprise. Diplômé en ingénierie informatique de l’université technologique nationale d’Argentine, Antonio Neri a rejoint HP en 1995 en tant qu’ingénieur service client au centre d’appel de la région EMEA.

Le Bug Bounty sur Edge devient permanent. Le programme de recherche de vulnérabilités sur le navigateur de Windows 10 donne entière satisfaction à Microsoft. Après avoir lancé en août 2016 sa plateforme, l’éditeur indique avoir versé sur les 10 derniers mois 200 000 dollars de récompenses pour la découverte de faiblesses dans Edge, allant de brèches de type cross-scripting (xss) à des failles autorisant l’exécution de code à distance. Microsoft a donc décidé de pérenniser ce programme en l’ouvrant aussi aux salariés de l’entreprise. Les Bug Bounties sont de plus en plus prisés par les entreprises pour tester leurs applications ou leurs sites web.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur