Sécurité des données et Chief Digital Officer dans le top des jobs en or

Big DataData & StockageProjetsSécurité
5 80 Donnez votre avis

Le manager de la sécurité des données numériques et le chief digital officer figurent parmi les 7 « jobs en or » répertoriés en 2015 par le cabinet de recrutement Robert Half.

Le cabinet Robert Half spécialisé dans le recrutement temporaire et permanent de talents hautement qualifiés, vient de publier son classement annuel des postes les plus attractifs et les plus rémunérateurs du marché en France. Aux côtés de professionnels de la finance, le manager de la sécurité des données numériques et le chief digital officer (CDO) figurent parmi les 7 « jobs en or » répertoriés en 2015. Présents dans l’édition 2014 du classement, les data scientists et les directeurs techniques n’y figurent plus aujourd’hui, mais ils sont toujours très prisés des recruteurs.

« Le Big Data est au centre de l’économie numérique. La question de la sécurité des données devient une problématique à laquelle se confronte toute entreprise opérant une transformation digitale » et les recrutements IT au sein du top management sont influencés par cette dynamique, commente Fabrice Coudray, directeur de Robert Half Technologie pour la France.

Un ingénieur système devenu manager de la sécurité des données

Professionnel aguerri ayant fait ses classes comme ingénieur système et/ou réseaux d’un département infrastructure ou comme consultant au sein d’un datacenter d’opérateur télécom, par exemple, le manager de la sécurité des données numériques est également un communiquant et un fin négociateur. Il maîtrise la gestion de projets SI et dispose de solides connaissances en droit numérique et droit des entreprises, observe le cabinet Robert Half.

Le responsable de la sécurité des données est appelé à piloter la mise en place d’une stratégie de conformité et de gestion du risque IT. Il encadre une équipe chargée de veiller à l’application des normes de sécurité, effectuer des contrôles et traiter les incidents. « Le manager de la sécurité des données numériques est le garant de la protection des actifs IT », souligne Fabrice Coudray. L’exfiltration de données sensibles par des tiers ou des initiés est l’un de ses pires cauchemars.

« La sécurité, souvent le parent pauvre des directions des systèmes d’information, même au sein de groupes de taille importante, fait aujourd’hui l’objet d’une règlementation européenne, mettant les multinationales du continent face à la nécessité d’investir dans le domaine », ajoute-t-il. « Le manager de la sécurité des données numériques devra opérer cette mise en conformité avec le souci de présenter à sa direction générale une stratégie cohérente avec la réalité des risques propres à l’activité de l’entreprise, l’évolution rapide des technologies et les éventuelles contraintes budgétaires qui s’imposent à lui. »

Qu’en est-il du salaire ? Un manager de la sécurité des données numériques ayant de 10 à 20 ans d’expérience touche, selon le cabinet recrutement spécialisé, un salaire fixe brut annuel de 60 000 à 100 000 euros, en moyenne. Ce salaire est parfois complété d’une rémunération variable qui peut atteindre 5% du salaire fixe. Ses perspectives : la direction d’infrastructure ou la direction des systèmes d’information (DSI). Cette dernière a enregistré l’une des plus fortes progressions du nombre d’offres d’emploi cadres constatées par l’Apec dans les métiers IT ces douze derniers mois.

Le chief digital officer pilote la mutation numérique

Le directeur de la stratégie numérique ou chief digital officer pilote la transformation numérique de l’organisation. Encore peu présent dans les organigrammes (aujourd’hui, 10% des entreprises du CAC 40 ont intégré ce profil), il est de plus en plus souvent rattaché à la direction générale, alors qu’il dépendait auparavant plutôt de la direction marketing, voire de la DSI.

Diplômé d’une école de commerce ou d’ingénieurs, le chief digital officer doit accélérer et rationaliser la mutation numérique de grands comptes nés au 20e siècle. Pour insuffler une culture numérique, il peut s’appuyer sur une équipe réduite et des partenaires (start-up et grands groupes). Il peut aussi travailler en bonne intelligence avec la DRH pour susciter l’adhésion du collectif.

Selon Robert Half, un chief digital officer doté de 10 à 15 ans d’expérience gagne entre 90 000 et 120 000 euros de salaire fixe brut annuel, et jusqu’à 250 000 euros au-delà de 15 ans d’expérience. Sa rémunération variable est comprise entre 0 et 30% du fixe. Par la suite, le directeur de la stratégie numérique pourra occuper des responsabilités globales, y compris celles de directeur général.

Lire aussi :
Recrutement IT : le printemps profite à l’informatique Web
Femmes DSI : des budgets IT plus élevés et des risques anticipés

crédit photo © Olivier Le Moal-Shutterstock

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur