La 4G assure 80% des recrutements mobiles de Free

4GFibreMobilitéOperateursRéseaux

Au 31 mars 2017, Free compte 6,3 millions d’abonnés mobiles 4G. Soit plus de la moitié de l’ensemble des cartes SIM en service de l’opérateur.

En matière de recrutements mobiles, Free n’a pas réussi à dépasser son plus proche concurrent. Avec 240 000 nouveaux abonnés mobiles sur le premier trimestre 2017 (et plus d’un million en un an), la filiale d’Iliad reste loin derrière les 364 000 de Bouygues Telecom (qui intègre néanmoins des offres prépayées et M2M absentes du catalogue du 4e opérateur mobile chronologiquement parlant). Mais si l’on porte l’attention sur les seules lignes 4G, la situation change alors que l’offre très haut débit (THD) mobile de Free a séduit 400 000 nouveaux abonnés sur la période. De fait, 160 000 abonnés 3G et, plus probablement, ceux du forfait à 2 euros (ou zéro pour les clients Freebox) ont basculé sur le réseau LTE. La limitation des débits sur le réseau 3G Orange et la généralisation des terminaux 4G ont probablement aidé.

80% de la population couverte en 4G

L’offre 4G compte aujourd’hui 6,3 millions d’abonnés. Soit plus de la moitié des 12,94 millions de clients au total (encore derrière les 13,36 millions de SIM Bouygues Telecom). Sans surprise la 4G confirme son rôle de locomotive en constituant aujourd’hui plus de 80% des recrutements nets. En moyenne, chaque client 4G consomme 6 Go par mois contre 3,8 au 31 mars 2016 et, surtout, 4,9 fin décembre dernier. L’ouverture de la data illimitée pour les abonnés Freebox (100 Go pour les autres), pourtant lancée 10 jours avant la fin de la période fiscale, a-t-elle poussé certains à libérer leur consommation alors que les 50 Go du forfait précédent s’avéraient déjà généreux ? Il sera intéressant de vérifier le résultat sur un trimestre plein même si on reste encore loin d’une consommation à plusieurs dizaines de Go.

L’avancée de la couverture du pays aide évidemment à recruter. Le réseau de Free couvre aujourd’hui 80% de la population. Et ambitionne d’atteindre les 85% pour la fin de l’année. En retrait derrière les ténors qui revendiquent peu ou prou 88% à 90%. Mais rappelons que Free a démarré ses déploiements plus tard que ses concurrents.

La fibre, moteur des recrutements

Côté fixe, les résultats sont évidemment moins impressionnants. Mais si l’opérateur a réussi à séduire 66 000 nouveaux foyers, près de 9 sur 10 (59 000) l’ont été par la fibre de Free. Au 31 mars 2017, les offres FTTH (fibre optique à domicile) comptent 369 000 abonnés sur les 6,45 millions de Freebox déployées sur le territoire. Soit 240 000 nouveaux clients en un an. Free se revendique comme le deuxième opérateur fibre derrière Orange (en excluant les abonnés « câble » très haut débit de SFR). Et compte bien le rester en poursuivant à marche forcée la constitution du réseau optique avec 4,8 millions de prises fibre aujourd’hui raccordables. Soit 400 000 de plus en un trimestre et 2 millions sur douze mois. L’Arpu (revenu mensuel moyen par abonné) fixe s’incline légèrement à 34,5 euros contre 34,7 au précédent trimestre. Mais il reste supérieur aux 34,4 euros du 31 mars 2016.

Au final, le chiffre d’affaires s’élève à 1,22 milliard d’euros (soit autant que Bouygues Telecom), en hausse de 6,9% par rapport au 31 mars 2016. C’est toujours l’activité fixe qui génère l’essentiel du résultat à raison de près de 698 millions d’euros contre 528,6 millions issus des forfaits mobiles. Mais, bénéficiant d’une croissance quasi double (9,3%) à celle du fixe (5%), le secteur mobile devrait bientôt devenir la nouvelle locomotive du groupe. Notons néanmoins que le fixe n’a pas dit son dernier mot puisqu’il est aussi en croissance en regard des 3,9% de hausse annuelle constatée en 2016 par rapport à 2015.

Dommage qu’Iliad reste des plus discrets sur ses résultats net et ses investissements dans le réseau sur son résultat trimestriel. Avec près de 19,4 millions de clients fixes et mobiles, Free devrait franchir les 20 millions avant la fin de l’année, voire avant la fin du semestre si le groupe maintient son rythme de recrutements.


Lire également
SFR peine à colmater la fuite des clients au premier trimestre
Orange porté par les offres convergentes au premier trimestre 2017
Pour Free, encadrer la fibre d’Orange est indispensable


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur