La communauté Linux renforce son soutien en faveur de LibreOffice

BureautiqueLogicielsOpen Source
libreoffice
13 46 Donnez votre avis

The Document Foundation, The GNOME Foundation et KDE e.V. font bloc autour de la suite bureautique Open Source LibreOffice.

Le conseil consultatif de la Document Foundation fait une place aux environnements desktop du monde Linux, GNOME et KDE. Dans les deux cas, ceci se fait via un échange de sièges.

KDE et GNOME rejoignent en effet l’Advisory Board de The Document Foundation, qui elle-même siégera au sein des comités consultatifs respectifs de la GNOME Foundation et de KDE e.V. Environnements de bureau et suite bureautique LibreOffice font ainsi front commun dans le monde Linux/Unix Open Source.

« Au-delà de l’objectif commun de libérer l’expérience utilisateur, il y a aussi beaucoup de synergies à explorer dans des domaines allant des technologies de lecture de documents à une gouvernance assurée par les volontaires », explique Thorsten Behrens, membre du conseil d’administration de The Document Foundation.

OpenOffice est oublié

Le temps où OpenOffice, aujourd’hui projet de la Fondation Apache, pouvait encore espérer s’imposer semble révolu, les deux grands environnements desktop du monde Open Source formant maintenant un bloc solide autour de LibreOffice.

Ceci devrait se traduire par une intégration toujours plus poussée de la suite LibreOffice au sein de GNOME et KDE, mais aussi par un travail commun sur le format de fichier ODF (Open Document Format), standardisé et validé par le groupement Oasis.

Parmi les autres membres du conseil consultatif de la Document Foundation, nous trouvons des acteurs comme Red Hat et SUSE, mais aussi Collabora, Google, Intel, la ville de Munich ou encore le groupement interministériel français MIMO.

LibreOffice 5.2

La prochaine version de LibreOffice sera estampillée 5.2. Au menu, la possibilité d’utiliser une interface utilisateur plus compacte, avec une seule barre d’outils, quelques nouvelles fonctions pour le tableur, des outils de dessin rénovés, et des fonctions de signature des documents enrichies.

Les filtres d’importation montent encore en puissance, avec un support amélioré du DOCX, utilisé par les dernières versions d’Office, mais aussi la possibilité de relire les documents issus de la version DOS de Word. L’interopérabilité avec les différentes versions des outils Office se veut donc bien meilleure que celle apportée par Microsoft. L’une des grandes forces de LibreOffice.

LibreOffice 5.3

Des modifications viennent également d’être apportées au code source de la suite bureautique, afin de lui permettre de dessiner plus rapidement texte, cellules, graphismes et éléments d’interface. Les développeurs promettent un bond en performance, en particulier lors du rendu de texte, jugé « super rapide ».

Il faudra toutefois probablement attendre la mouture 5.3 de la suite pour profiter de ces travaux d’optimisation qui devraient redonner un coup de fouet à LibreOffice. Espérons que l’édition de présentations s’avère elle aussi plus rapide qu’elle ne l’est actuellement.

À lire aussi :
LibreOffice : 5 ans et plus de 80 millions d’utilisateurs
LibreOffice 5.1 s’affiche en champion de l’interopérabilité
AMD dynamise les performances du tableur de LibreOffice


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur