La mise à jour de Windows 10 plus optionnelle mais recommandée

LogicielsOSPoste de travail
3 18 1 commentaire

Microsoft l’avait annoncé en octobre. Il semble que l’activation de Windows 10 commence désormais à migrer dans les mises à jour recommandées.

Jusqu’où ira Microsoft pour tenter d’imposer Windows 10 sur les PC ? Après avoir proposé le nouvel OS en mise à jour gratuite pour les desktop sous Windows 7 et 8.x en juillet dernier, l’éditeur de Redmond n’a cessé d’inviter les utilisateurs à effectuer la mise à niveau. D’abord en installant automatiquement sur les terminaux cibles l’application « Obtenir Windows 10 » difficile à désactiver, puis en initiant le pré-téléchargement des fichiers d’installation de l’OS en arrière fond et, enfin, en proposant Windows 10 dans les mises à jour optionnelles du service Windows Update.

Il se pourrait que Microsoft s’apprête à monter d’un cran dans son offensive à vouloir faire adopter son nouvel OS. Et l’offre de mise à niveau pourrait passer de optionnelle à recommandée. Un message posté sur Reddit nous met la puce à l’oreille. Un professionnel déclare que deux de ses clients ont basculé, sans le vouloir, sur Windows 10. « Sur les deux [PC des clients], je vois que Windows 10 est maintenant en «Recommandé» sur la liste des mises à jour », indique l’intervenant dans le forum tout en s’interrogeant sur la légitimité de cette initiative puisqu’il ne trouve « aucune documentation spécifiant le changement de la politique de mise à jour de Windows 10 ». De fait, en passant la mise à jour d’optionnelle à recommandée, l’utilisateur sera plus enclin à déclencher l’installation de Windows 10 même s’il ne le souhaite pas nécessairement.

Forcer la main

Cette montée en puissance de la méthode de Microsoft pour généraliser l’adoption de Windows 10 n’est qu’une demi-surprise. « Au début de l’année prochaine, nous devrions re-catégoriser Windows 10 en tant que « mise à jour recommandée », annonçait en octobre dernier le responsable Windows et Appareils de Microsoft, Terry Myerson. En fonction de vos paramètres Windows Update, cela peut initier automatiquement la mise à niveau sur votre appareil. »

Heureusement, «  avant que la mise à niveau ne change le système d’exploitation de votre appareil, vous serez invité à choisir clairement si oui ou non vous souhaitez continuer », ajoute le responsable de Redmond. Une alerte qui n’a visiblement pas été assez claire aux yeux des clients du contributeur de Reddit. Dans tous les cas, les utilisateurs disposent néanmoins de 31 jours pour faire machine arrière (à partir du menu Paramètre/Mise à jour et sécurité/Récupérer et désinstaller Windows 10) afin de revenir à l’ancien système de leur machine.

La manœuvre est symptomatique de la capacité de Microsoft à vouloir forcer la main des utilisateurs pour basculer sous Windows 10. C’est ainsi que le support des PC équipés des processeurs Intel Skylake sous Windows 7 et 8.1 sera raccourci à 2017 au lieu de 2020. Rappelons que Microsoft vise le milliard d’appareils sous Windows 10 d’ici 2018. Avec 200 millions revendiqués, l’éditeur de Windows en est encore loin. Et ne devrait donc pas relâcher la pression d’ici là.


Lire également
Windows 10 pour tous : Microsoft insiste très lourdement
Microsoft casse le support de Windows 7 sur les PC neufs
Au tour des pros d’être harcelés sur Windows 10

Crédit Photo : Stanislaw Mikulski-shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur