La proposition de Microsoft d’ériger Open XML en norme ISO est rejetée

Régulations
0 0 Donnez votre avis

Le vote des membres de l’ISO est négatif: la majorité des deux tiers n’a pas
approuvé le projet de normalisation OOXML. L’Ecma et le géant de Redmond devront
revoir sa copie

<<< en page 2 : un débat houleux, la faute à qui ? >>>

La proposition de l’Ecma (organisme industriel européen de normalisation, équivalent régional de l’ISO) support du format Office Open XML de Microsoft n’est pas passée : il a manqué quelques voix. Mais le processus n’est pas bloqué pour autant. Ce vote du 2 septembre n’aura donc été qu’une étape.

Les pays votants de l’ISO lancent ainsi un message clair à l’Ecma, donc à Microsoft, pour que la copie soit revue.

Microsoft, dans une publication sur CNW, se réjouit du soutien de 51 membres de l’ISO/IEC DIS 29500 (qui traite le dossier Ecma 376 OOXML) sur les 74 appelés à voter (vote dit ‘qualifié’). Une façon trompeuse de présenter le résultat du scrutin. Car en réalité seul le vote des 32 membres ‘P’ (Participants), qui composent le sous-comité ISO 29500, était valide. La position des 69 membres ‘O’ (Observateurs), même s’ils se sont prononcés, est seulement consultative et ne vient que confirmer la décision des ‘P’.

Le résultat du scrutin est sans conteste en application des règles de l’ISO : le projet n’a été approuvé que par 17 membres P sur 32, soit 53,12 % des votants alors que la majorité des deux tiers est requise. Et sur l’ensemble des 69 membres participants et observateurs, 18 ont voté contre, soit 26,08 % alors que la barre de validation des 25 %, seuil maximal des ‘non’ sur l’ensemble des votes, est imposée.

Comme l’a rappelé Camille Moulin, membre du conseil d’administration de l’AFUL (Association Francophone des Utilisateurs de Linux et des Logiciels Libres), « les règles de l’ISO sont claires , et n’ont pas été inventées pour ce dossier ! »

Du reste, l’important n’est pas tant que les votes aient été négatifs, mais que la règle à ce stade d’un projet de normalisation prévoit qu’un ‘Non avec commentaires’ signifie ‘Oui sous conditions’

« C’est ce que Microsoft a du mal à accepter, non pas le ‘oui’ ou le ‘non’, mais ce qui va avec« , commente Camille Moulin. « La reprise de l’existant se fait déjà. Par exemple, OpenOffice ouvre très bien la majorité des documents Word au format .doc. Et le résultat est souvent meilleur qu’en utilisant le convertisseur sponsorisé par Microsoft. L’arrivée d’OOXML n’apporte donc pas forcément des progrès sur cette problématique. »

Microsoft va donc revoir sa copie

Quelles sont les modifications ou réajustements attendus? Microsoft va devoir tout d’abord respecter la cohérence ou compatibilité de son OOXML avec les normes ISO.

Cela concerne en particulier le système métrique – l’occasion pour l’ISO de rappeler que ce système s’impose à l’international depuis quelques décennies. Car certains pays ne l’appliquent pas encore.

Idem pour les formats de date et d’heure. Le format proposé pas l’Ecma accepte deux systèmes, un double traitement qui risque d’impacter tous les documents. Car ces systèmes débutent à l’année « 1900 ». Effecteur un calcul de date à date avant 1900 n’est donc pas fonctionnel?

Mais la principale objection reste liée à la cohérence avec la norme ISO ODF, un dossier particulièrement sensible pour Microsoft, qui accompagne la proposition faite par l’Ecma de références à des logiciels propriétaires, ce qui est inacceptable dans la démarche ISO de standards ouverts. Par exemple, les spécifications OOXML indiquent, pour définir une fonction, d’imiter le comportement de Word 95 !

Bref, le processus est encore loin d’être terminé. Cependant, l’Ecma, sous réserve que Microsoft apporte quelques adaptations sensibles, a toutes ses chances de faire aboutir son projet.

Il n’est pas exclu que ce soit encore une fois le lobbying de Microsoft qui impose le jeu au détriment de l’esprit de l’ISO. Autre éventualité: l’ISO pourrait adopter la position française (Afnor), de séparer OOXML en deux: 1- le c?ur, ou noyau, soumis à la normalisation et objet d’une norme temporaire sous statut ISO/TS (Technical Specification), 2- les extensions.

L’Allemagne, qui a voté ‘Oui avec commentaires’, adopterait une position proche, la seule en l’état actuel des négociations qui propose une réelle démarche de convergence entre ODF et le noyau OOXML, à la satisfaction de tous les consommateurs de fichiers bureautique.

La conclusion du débat revient à Olivier Peyrat, dg de l’Afnor : « En fonction de la suite du processus, nous verrons qui est de bonne foi. »

A noter, enfin, que le Cigref (club des directeurs informatiques en France) a également pris position en faveur d’une convergence (notre encadré en page 2).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur