La tablette Microsoft Surface ne convainc pas HP. La faute à ARM ?

Poste de travail
Todd Bradley, responsable du Personal Systems Group chez HP
3 3 4 commentaires

Microsoft Surface ? HP n’y croit pas. La firme préfère miser sur des produits x86. Les arguments qu’elle avance sont-ils toutefois tenables ? Voici notre analyse.

Interrogé par nos confrères de CITEworld, Todd Bradley, patron de la division PC et imprimantes de HP, se veut plutôt critique envers la tablette de Microsoft, Surface. « Je peux difficilement la considérer comme compétitive », explique-t-il.

Et de préciser sa pensée en indiquant que ce produit est « mal distribué », « lent » et « trop cher ». Selon lui, la place qu’occupe Surface sur la scène médiatique n’est pas méritée.

Voici qui pourrait ressembler à une nouvelle bourde en termes de communication. Rappelons que le patron d’Intel, Paul Otellini, avait déjà égratigné Windows 8, avant de tempérer ses propos.

ARM accusé de tous les maux ?

Todd Bradley profite de l’interview consentie à CITEworld pour préciser la stratégie de HP en matière de tablette : la firme mise sur des produits x86, qui se veulent plus puissants, avec des écrans de grande taille, et – surtout – une compatibilité avec les PC traditionnels.

De son discours ressortent quelques idées reçues, la première étant que la lenteur de Windows RT est surtout due à l’ARM et que, au final, la présence d’une puce ARM fait de la tablette Surface un produit impropre à une utilisation en environnement professionnel.

Un avis qui n’est pas sans fondements, puisqu’il est partagé par la plupart des acteurs de l’industrie, à commencer par Microsoft, qui tente de se persuader que sa Surface Pro (sous technologie x86) réussira là où la Surface (sous technologie ARM) échoue actuellement.

Reste à savoir ce que le public, qui reste le seul décideur, pensera de ce positionnement.

La déception au bout du chemin ?

Nous avons eu l’occasion de mettre côte à côte des tablettes Windows 8 et Windows RT de mêmes gammes. Notre verdict : Windows RT sur un ARM Nvidia Tegra se montre visiblement plus efficace que Windows 8 sur un x86 Intel Atom. Fluidité et puissance sont de la partie.

Fort logiquement, le rapport de force s’inverse avec les Core i d’Intel. Mais les prix ne sont alors plus les mêmes.

Côté logiciels, oui, Windows RT est plutôt mal loti, alors que Windows 8 propose une compatibilité avec les applications des précédentes moutures de l’OS Microsoft. Dans ce sens, les Elite Pad d’HP ou Surface Pro de Microsoft ont effectivement une carte à jouer. Sauf que ces applications ne seront de toute façon pas compatibles avec les terminaux Windows Phone 8.

Faute de pouvoir faire tourner le même applicatif en mode desktop, tablette et smartphone, les entreprises pourraient bien choisir une autre voie : celle de l’application web, ou pire (pour Microsoft), celle de l’application native… Android.

Là encore, le public décidera.

Microsoft Surface : les photos officielles

Image 1 of 9

Microsoft Surface, vue de dos


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – À la découverte de Windows 8
Quiz Silicon.fr – À l’écoute de Windows Phone 8


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur