La voiture connectée de PSA roule vers la 5G

M2MMobilitéProjetsRéseauxSécurité
2 71 Donnez votre avis

Le groupe PSA, Orange et Ericsson vont mener une série d’expérimentations en France afin de valider les technologies 5G pour la voiture connectée.

Avec l’arrivée de la 5G à l’horizon 2020, les industriels commencent à tester de nouveaux usages qu’apporteront les capacités du réseau mobile de nouvelle génération. Notamment l’industrie automobile à laquelle le véhicule connecté devrait donner un nouvel élan en proposant aux clients des voitures plus sûres, plus « intelligentes » (dans l’optimisation des déplacements notamment), voire autonomes. C’est le sens du partenariat que viennent de former le groupe PSA (Peugeot-Citroën), Orange et Ericsson dans le cadre de l’initiative « Towards 5G » (vers la 5G) en marge du CES 2017 de Las Vegas.

Valider l’infrastructure 5G pour les voitures connectées

Concrètement, les trois industriels vont mener des expérimentations en conditions réelles sur une piste d’essais couverte par un réseau mobile de bout en bout afin de valider que la future infrastructure 5G réponde bien aux besoins de l’industrie automobile. L’occasion, également, sera donnée d’identifier de nouveaux cas d’usages.

L’objet des tests vise particulièrement à valider les évolutions de la 4G vers la 5G des systèmes de transports dits « intelligents » (ITS, Intelligent Transport System). Il s’agira de définir les architectures de communication entre véhicules (V2V), ainsi qu’entre véhicules et autres systèmes communicants (V2X), et d’en vérifier les performances temps réel que doit permettre les système à très faible latence de la 5G. Les services connectés embarqués dans les véhicules, comme la maintenance à distance ou la mise à jour logicielle, feront également l’objet d’expérimentations.

La sécurité au centre des expérimentations

Dans un premier temps, les premiers tours de piste s’appuieront sur un réseau 4G et le LTE-V (LTE-Vehicle) pour évoluer progressivement vers la 5G. Cette variante du LTE dédiée au secteur automobile et défini dans la Release 14 de la 3GPP (l’association de standardisation des technologies mobiles) entend répondre aux exigences industrielles en matière de communications V2V et V2I (Infrastructure). Le LTE-V permet ainsi de fournir plusieurs applications de sécurité aux véhicules connectés dont la prévention des risques de collision, l’alerte en cas de brusque ralentissement ou le signalement de la présence de piétons sur la route.

C’est notamment sur ces points de sécurité que seront menés les tests à travers deux cas d’usages. Le premier, « See through », permet à un véhicule en amont de signaler la présence d’un « objet » sur la route et autres informations routière (tâche d’huile, verglas…) à ceux qui le suivent. Le second « Emergency vehicule » est dédié au signalement en temps réel de l’approche d’un véhicule de secours. Un dispositif qui seconderait l’actuelle sirène d’alarme pour faciliter l’intervention des services de secours.

PSA fait bande à part

L’initiative n’est pas une première en Europe. En Allemagne, Deutsche Telekom, l’équipementier Huawei et les constructeurs Audi et Toyota testent le LTE-V depuis juillet sur un tronçon d’autoroute près de la ville d’Ingolstadt. Plus largement, les constructeurs allemands Audi, BMW et Daimler ont rejoint les équipementiers Ericsson, Nokia et Huawei, et les fournisseurs de composants Intel et Qualcomm au sein de la 5G Automotive Association (5GAA) en vue de développer les technologies et usages autour de la voiture connectée.

[Lire aussi notre dossier IoT et automobile : les constructeurs pied au plancher]

Une initiative à laquelle PSA n’a pas adhéré. Le groupe automobile français préfère visiblement mener ses propres travaux mais avec des partenaires clés. Ericsson fournira l’équipement radio et un cœur de réseau virtualisé et distribué, doté de fonctions de « slicing » (pour réserver des capacités réseau à des usages précis), ainsi qu’un service de géo-messagerie. Orange déploiera le réseau cellulaire ainsi que les dispositifs de connectivité embarqués dans les voitures. Outre l’intégration de ces derniers, PSA se chargera de définir les besoins de chaque cas d’usage et de valider (ou non) l’expérience client. Les expérimentations du programme « Towards 5G » seront menées courant 2017, informe ses protagonistes sans plus de précision sur le calendrier des essais ni le lieu. Cette initiative n’en souligne pas moins le rapprochement qui s’intensifie entre les constructeurs automobiles et les opérateurs télécoms.


Lire également
AT&T teste la 5G grandeur réelle chez Intel et avec Ericsson
Voiture connectée : PSA attire les développeurs sur la santé et le bien-être
La voiture connectée conduira les bénéfices des opérateurs

crédit photo : StanD70 via VisualHunt / CC BY-NC-ND

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur